Le brief politique, France info

Le brief politique. Emmanuel Macron sera candidat

Sa candidature ne fait plus aucun doute. C’est l’info du brief. La question n’est pas est-ce qu'Emmanuel Macron sera candidat, mais quand est-ce qu’il sera candidat ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Emmanuel Macron à la tribune lors du rassemblement des animateurs locaux du mouvement \"En Marche!\" le 5 novembre à Paris. 
Emmanuel Macron à la tribune lors du rassemblement des animateurs locaux du mouvement "En Marche!" le 5 novembre à Paris.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Décidément rien ne va plus pour François Hollande. L’un de ses derniers fidèles l’a lâché. Et pas n’importe lequel, un historique : Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense a brisé un tabou dimanche 6 novembre. Il a évoqué la possibilité que François Hollande ne se représente pas, et pire, il a donné le nom de son candidat préféré. "Si d’aventure le président de la république estimait ne pas devoir se présenter alors, à mon avis, Manuel Valls serait naturellement le mieux placé", a-t-il déclaré sur Europe 1. Commentaire d’un député socialiste : "Quand j’entends Le Drian et Sapin, je finis par me dire que Hollande ne va pas y aller".

Emmanuel Macron se déclarera avant Noël

Et justement pendant ce temps-là, Emmanuel Macron se prépare lui à y aller, car sa candidature ne fait plus aucun doute. C’est l’info du brief. La question n’est pas est-ce que Macron sera candidat, mais quand est-ce qu’il sera candidat ?

C’est sa garde rapprochée qui l’affirme. Aucun doute, il va y aller et ça sera en dehors de la primaire socialiste. Lui a confié ce week-end à Tunis qu’il se déclarerait avant Noël. Et l’un de ses lieutenants abonde : "Tous les obstacles sont levés. On a plus de membres que le PS. On a levé 3 millions d’euros. Tout est prêt pour qu’il y aille". Et cet élu détaille le plan de bataille qui est écrit depuis le début. Les marcheurs ont sillonné la France pour prendre le pouls du pays. Ensuite, Emmanuel Macron a fait trois meetings pour dessiner le squelette de son programme. Maintenant il va faire ses propositions à partir de la semaine prochaine et il va se déclarer, peut être avant son meeting parisien du 10 décembre. Et la mort de son mentor Henry Herman ce week-end qui l’a beaucoup affecté,  évidemment ne remet rien en cause, au contraire estime l’un de ses ami.

Claude Chirac soutient Alain Juppé

A 14 jours du premier tour de la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé a reçu un nouveau soutien qui a du poids, celui de Claude Chirac. Les Chirac sont divisés. Après Bernadette qui soutient Nicolas Sarkozy depuis longtemps, c’est sa fille Claude qui s’est prononcée pour Alain Juppé ce week-end au cours d’un déplacement en Corrèze dans le fief de l’ancien président de la République.

5/20 pour Pierre Laurent

La note du brief, c’est un petit 5/20 pour Pierre Laurent. Le patron des communistes n’a pas réussi la greffe de son parti avec Jean-Luc Mélenchon. Ce week-end, les cadres du PCF ont dit non à une alliance avec le leader de la France Insoumise.

"Dommage, on attendait du renfort",  a écrit Mélenchon sur son blog. Cela dit, il garde espoir, comme Pierre Laurent, tout n’est pas perdu. A la fin du mois c’est aux 50 000 adhérents du parti communiste de se prononcer. Et si ça ne marche toujours pas, les communistes pourraient faire alliance avec un socialiste. Arnaud Montebourg leur tend la main. Encore faut-il qu’il gagne la primaire du PS.

 

Emmanuel Macron à la tribune lors du rassemblement des animateurs locaux du mouvement \"En Marche!\" le 5 novembre à Paris. 
Emmanuel Macron à la tribune lors du rassemblement des animateurs locaux du mouvement "En Marche!" le 5 novembre à Paris.  (THOMAS SAMSON / AFP)