Le brief éco, France info

Le brief éco. Petite brise sur le secteur nautique en France

La France est à la pointe dans le secteur nautique, mais selon la Fédération des industries nautiques, les ventes de bateau de plaisance neufs n’ont progressé que d’1% en France entre 2016 et 2017.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un camion transporte un monocoque à la fabrique Beneteau de Dompierre-sur-Yon (Vendée).
Un camion transporte un monocoque à la fabrique Beneteau de Dompierre-sur-Yon (Vendée). (FRANK PERRY / AFP)

La saison estivale est bientôt terminée et les différents secteurs d’activité dressent un premier bilan. C’est le cas de la filière nautisme. La France est à la pointe dans ce domaine, mais le marché semble connaître une petite brise, à défaut d’un beau coup de vent.

Petit vent de force 1 à 2, légère brise

Après dix ans de turbulences, l’industrie nautique française repasse juste au-dessus de la ligne de flottaison pour revenir au niveau d'avant crise en 2008. Selon la Fédération des Industries Nautiques, les ventes de bateau de plaisance neufs n’ont progressé que d’1% en France entre 2016 et 2017. Avantage au moteur face à la voile en net recul. Le marché français n'est pas au rendez-vous. La clientèle française est passée d’un marché d’équipement à un marché de renouvellement qui ne privilégie pas le neuf. Sur 2016/2017, on quand même vendu en France 53 000 bateaux de plaisance pour un chiffre d’affaires de quelque cinq milliards d’euros.

Les Etats-Unis tirent le marché français

Le taux d’exportation de bateaux de plaisance français est passé de 60% en 2009 (pendant la crise) à 75% aujourd’hui. C'est donc une belle reprise et le marché européen est assez robuste. En réalité, nos "vraies" exportations sont tirées par les Etats-Unis. Les annonces protectionnistes de Donald Trump n’y ont rien fait, c’est plutôt bon signe. Le président de la Fédération Nautique Française, Yves Lyon-Caen, reconnaît que les taux de change sont un obstacle plus important que les droits de douanes.

Un poids certain dans l’économie française

L’ensemble de la filière (production, distribution et service) ce sont un peu plus de 5 000 entreprises et quelque 40 000 emplois. Jusqu'à plus de 100 000 si on compte tous les petits sous-traitants, artisans, etc. La France exporte aujourd’hui les trois quarts de sa production. Le secteur est donc très dépendant de la conjoncture internationale. Les noms sont connus du grand public, avec le vaisseau amiral Beneteau et ses marques Jeanneau, Lagoon ou Monte Carlo. Innovation permanente pour ne pas faire mentir l’ancêtre créateur, Benjamin Bénéteau qui, en 1912, un jour sans vent, a eu l’idée de mettre un moteur à son canot pour aller pêcher au nez et à la barbe des concurrents voiliers. Il baptisera son bateau Le Vainqueur des jaloux. Une part d’héritage du marché lui revient aujourd'hui.

Un camion transporte un monocoque à la fabrique Beneteau de Dompierre-sur-Yon (Vendée).
Un camion transporte un monocoque à la fabrique Beneteau de Dompierre-sur-Yon (Vendée). (FRANK PERRY / AFP)