La médaille du jour, France info

La médaille du jour. Les gauchers méritent une médaille

Jean-Paul Dubois, défenseur des gauchers et grand fan de sport, a été récompensé par le Goncourt mardi. Voilà l’occasion rêvée pour leur remettre la médaille qui leur revient : être gaucher peut parfois s'avérer un sacré atout...

Lionel Messi, à Sant Joan Despi, près de Barcelone, le 4 novembre 2019.
Lionel Messi, à Sant Joan Despi, près de Barcelone, le 4 novembre 2019. (LLUIS GENE / AFP)

Les gauchers méritent tellement une médaille… Je le dis d’autant plus objectivement que je suis droitier. L'un des défenseurs des gauchers a été récompensé lundi par le prix Goncourt : l'écrivain Jean-Paul Dubois, grand fan de sport, en particulier de rugby et auteur de L'Eloge du gaucher. "Une personne sur dix a une existence plus compliqué que les autres", écrit-il.

Mais cela ne les empêche pas de briller dans le sport. Par exemple, en football, l’Argentin Lionel Messi, quintuple ballon d'or, est un pur gaucher. Tout comme Diego Maradona, aussi à l'aise avec son pied gauche qu'avec ses mains. Autre légende pas gauche du tout, loin de là : le tennisman Raphaël Nadal, redevenu numéro un mondial grâce à son monumental et magnifique bras gauche.

Il fait bon être gaucher dans le sport

Deux explications à ces performances : physiologique d'abord, car la main gauche est contrôlé par l'hémisphère droit du cerveau, qui gère la représentation dans l’espace et l’évaluation des distances. Autrement dit, les gauchers ont de meilleurs réflexes. Tactique, ensuite : ils sont confrontés à de nombreux droitier (environ 90% de la population) et parviennent mieux à les perturber et à gagner.

Et puis, c'est un bon plan d'être gaucher : dans le handball, il faut au moins deux gauchers dans une équipe de sept joueurs. C'est comme ça : ça veut dire que les internationaux Luc Abalo et Camille Ayglon, par exemple, avaient sur le papier plus de chance de jouer à haut niveau. Et d'ailleurs, selon le sélectionneur de l'équipe de France féminine, Olivier Krumbholz, les gauchers sont mieux payés. Alors, qui dit qu'ils étaient contrariés, nos gauchers ?

Lionel Messi, à Sant Joan Despi, près de Barcelone, le 4 novembre 2019.
Lionel Messi, à Sant Joan Despi, près de Barcelone, le 4 novembre 2019. (LLUIS GENE / AFP)