Cet article date de plus de six ans.

La médaille du jour. Le parcours hors-norme de l'ex star du foot George Weah, favori de la présidentielle au Liberia

Il sera peut-être bientôt le premier sportif chef d'Etat. George Weah est passé des terrains de foot à la politique. Il dispute mardi la finale la plus importante de sa nouvelle vie : le deuxième tour de l'élection présidentielle du Liberia avec le statut de favori.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'ancien champion de football, Georges Weah, est candidat pour la présidentielle au Libéria. (JOEL SAGET / AFP)

L'ex-star de football George Weah est le favori du deuxième tour de l'élection présidentielle au Liberia mardi 26 décembre. Il pourrait devenir le premier sportif chef d'Etat. Face à lui, le vice-président sortant Joseph Boakai.

Weah, c'est d'abord un magicien, un surdoué balle au pied. On se souvient encore de son but incroyable avec le Paris Saint-Germain contre le Bayern Munich. Il a aussi marqué avec Monaco qui l'a fait connaître au grand public grâce à Arsène Wenger (son papa en foot), le Milan AC et son ballon d'Or en 1995. Il fut le seul joueur africain à avoir obtenu la récompense suprême. Ceux qui l'ont côtoyé ne sont pas si surpris de retrouver leur ancien partenaire aux portes du pouvoir dans son pays.

Un ancien champion généreux

Weah a toujours défendu son pays quand il était footballeur alors que la guerre civile et son cortège macabre de victimes faisait rage. Antoine Grognet est journaliste à Radio France Internationale (RFI). Il vient d'écrire une biographie romancée sur Weah.

Quand il était capitaine de l'équipe du Liberia, c'est lui qui payait tout. Il payait les tenues, les chaussures, les voyages. Sa volonté, c'était de faire en sorte que tout le monde aille bien

Antoine Grognet, journaliste, RFI

franceinfo

"Le problème, c'est que ça marche quand on est George Weah, qu'on paye, qu'on donne de l'argent. Quand on est au pouvoir, on ne peut pas gouverner comme ça", poursuit le journaliste de RFI. Si Weah a subi quelques tacles dans sa carrière, ce qui l'attend s'il est élu est un défi encore plus grand dans un pays qui figure parmi les dix plus pauvres de la planète. Lui à qui ses opposants font aujourd'hui le procès de son manque d'expérience. Mais Mister George a de la ressource. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.