Cet article date de plus de huit ans.

Mali : "Oui à la réconciliation, non à l'impunité" (CNSC)

écouter (5min)
France Info s'est installée ce vendredi au Mali pour journée spéciale à deux jours des législatives. Boureima Allaye Touré, le président du Conseil national de la société civile, veut bien parler de réconcialiation. Mais il explique que cela ne peut pas passer par l'impunité des aggresseurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

"Nous sommes aux aguets. Nous n'avons pas le droit de
décevoir. Les élections intéressent les Maliens. Mais il n'y a pas de ferveur autant que pour la présidentielle
" assure Boureima Allaye Touré dont le Conseil national de la société civile rassemble beaucoup d'organisations non gouvernementales.

Mais ce qui le préoccupe, c'est une réconciliation, et une réconciliation durable. Et pour cela "il faut qu'on se dise la vérité et ensuite vraiment réparer. Soit par le pardon, soit par la justice. Nous société civile, nous avons condamné le fait que ceux qui ont du sang sur les mains ont été libérés. Et que ce sont les mêmes se présentent comme députés. Les 80 militaires égorgés, les milliers de déplacés sont laissés pour compte. C'est l'impunité. La réconciliation est basée sur du faux".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.