Cet article date de plus de dix ans.

Leonarda : Durand demande l'arrêt des expulsions de mineurs

Invité ce jeudi matin de France Info, le secrétaire national d'EELV est longuement revenu sur l'affaire Leonarda, cette collégienne kosovare interpellée au cour sd'une sortie scolaire avant d'être expulsée avec sa famille. Il demande son retour et l'arrêt des expulsions de mineurs.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (©)

"On n'avait pas besoin d'expulser cette famille, c'est une
erreur, une faute. Il faut la faire revenir maintenant. Et je pense que le
gouvernement grandirait à le faire
" affirme Pascal Durand. Et le secrétaire national d'EELV s'agace quand on lui parle d'application de la loi : "Vous pouvez m'expliquer tout ce que vous voulez sur la loi.
Vous n'arriverez jamais à me démontrer que faire descendre un gamin d'un bus scolaire
pendant une visite avec ses camarades de classe, que ça c'est la loi".

"Imaginez ce que la
gauche aurait dit si c'était Sarkozy..."

Et il insiste : "Imaginez ce que la
gauche aurait dit si ça avait été Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux ou Eric
Besson qui arrête un bus scolaire, qui l'oblige à se garer sur un parking pour
faire descendre une élève, l'emmener et l'expulser. Dans quel monde vit-on?
C'est indécent. La méthode est intolérable".

Et de façon plus large, le secrétaire national d'EELV
souhaite la fin des expulsions de mineurs : "Il y a plus de 40 mineurs expulsés
l'année dernière alors qu'ils sont scolarisés en France. Il faut arrêter ça. Il
ne faut pas que Leonarda soit l'arbre qui cache une forêt qui n'est pas très
belle en ce moment".  

EELV rappelle à Holande ses promesses *


Pascal Durand attend maintenant "que le président de la République indique quelles sont les politiques publiques qu'il veut mettre en place en matière d'intégration, d'éducation, de non-discrimination. Le candidat François Hollande avait fait une excellente
lettre en mars 2012, à quelques semaines de son élection au collectif Roms. Et
il expliquait à quel point il fallait modifier les conditions dans lesquelles
on traitait ces populations immigrées en France.  Je demande simplement au président de la
République de respecter les engagements souscrits devant les Français dans le
cadre de sa campagne électorale. Là en tout cas son ministre de l'Intérieur ne
les a pas fait respecter".

"C'est pas le moment qu'il y ait moins d'écologistes au gouvernement"

Enfin s'il est mécontent de l'action du ministre de l'Intérieur, le secrétaire national d'EELV - encore pour quelques semaines - ne souhaite pas pour autant que les écologistes quittent le gouvernement : "Est-ce que c'est en quittant un navire qu'on peut le faire changer de cap? Il faut qu'on reste et qu'on travaille. Tout n'est pas à jeter. C'est pas le moment qu'il y ait moins d'écologistes au gouvernement. La réalité c'est qu'il en faudrait plus".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.