Cet article date de plus de huit ans.

Jean-Luc Mélenchon : "Le gouvernement n'a plus aucune autorité"

écouter
Jean-Luc Mélenchon était l'invité de France Info ce mardi matin. Le co-président du Front de Gauche est notamment revenu sur les manifestations des employés de Tilly-Sabco, à Morlaix, lundi soir. Il a prôné un Etat "planificateur et stratège", tout en critiquant la "démagogie" et l'absence d'autorité du gouvernement actuel.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
  (©)

Les patrons et les salariés peuvent-ils manifester du même côté ? C'est la question posée à Jean-Luc Mélenchon, ce mardi matin, après la manifestation commune des patrons et des employés de Tilly-Sabco, à Morlaix, lundi soir. 

Le leader du Front de Gauche préfère lui parler d'un cas à part, qui n'est pas forcément voué à se répéter. "Il y a des circonstances qui font qu'il peut y avoir des convergences des productifs, par exemple face à la finance.
Les petits patrons et les employés ont un intérêt commun avec le
salariat qui est que les financiers cessent de dominer l'économie",
explique-t-il.

"Je ne sais pas si les ouvriers soutiennent leur patron, ou s'ils soutiennent leur emploi. Je pense que c'est leur emploi"

"C'est le cas dans cette branche de la production de volaille : ce sont des problèmes de trésorerie qui tuent les entreprises, car les banques refusent de leur prêter aux entreprises, elles préfèrent spéculer", poursuit-il. 

Quelle solution ? 

Mais Jean-Luc Mélenchon préfère se focaliser sur les réponses à apporter à la crise industrielle qui touche les agriculteurs bretons. Pour lui, elles ne ressemblent en rien à ce que propose le gouvernement. "Je ne crois pas que la solution trouvée
soit conforme à l'intérêt général. La solution serait de continuer à subventionner du poulet surgelé dont tout le monde sait qu'il est la
ruine du Sud ?
", explique-t-il.

"*Ce n'est pas ça qu'il faut faire. M. Le Foll leur raconte des
histoires. 
Le ministre se comporte comme un démagogue * ", a dénoncé le leader du Front de Gauche, en référence aux promesses du ministre de l'Ecologie qui ont rassuré les manifestants. 

"La solution, c'est la planification écologique"

"La solution, c'est la planification écologique (...). La bonne solution eut été de préparer à temps. Il aurait fallu préparer à temps la conversion de
la production de volaille en Bretagne pour qu'elle devienne une relocalisation de la
production, comme dans le sud-ouest, où cela marche très bien, où on produit
un poulet bio, qui rencontre un public nombreux en France
", a proposé Jean-Luc Mélenchon. 

► ► ► A ECOUTER | Jean-Luc Mélenchon : "Socialistes, ressaisissez-vous, ne laissez pas faire"

Un Etat "stratège" et "planificateur"

Continuant à exposer les solutions qu'il apporterait à la crise industrielle, listant les différentes entreprises en péril (Alcatel-Lucent, Sanofi), le co-président de Front de gauche a indiqué qu'il était pour lui nécessaire de renforcer le rôle de l'Etat. Il s'appuyait pour cela sur les manifestations des employés contre les suppressions d'emploi, ces dernières semaines, et qui réclamaient à l'Etat de stopper le mouvement. 

"Pendant plus de 20 ans on n'a cessé de dénigrer l'Etat,
l'action collective, on a fait la gloire du marché, jusqu'au jour où maintenant
on constate qu'à force de déréglementer, la France est en train de se vider de
son sang, de son activité industrielle, et de ses emplois
", a-t-il expliqué.

"Nous avons besoin de l'Etat. Que peut-il faire ? Planifier"

"Nous avons besoin de l'Etat : que peut-il faire ? Planifier, donner les moyens dans chaque entreprise à ce que les ouvriers aient un droit de regarder sur l'avenir de l'entreprise . L'Etat peut être
planificateur, stratège, c'est même son devoir",
a proposé Jean-Luc Mélenchon

► ► ► A LIRE AUSSI | Le Front de gauche au bord du divorce 

Selon Mélenchon, le gouvernement va "tomber"

Le leader du Front de Gauche en a au passage profité pour égratigner François Hollande et le gouvernement. "Un gouvernement a pour lui la légalité et la
légitimité de l'élection. Mais il a aussi la légitimité de construire un
rapport avec le pays. Quel rapport Hollande a-t-il construit avec le pays ?
Une tromperie car il a dit qu'il allait
combattre la finance et changer la vie des gens, et les seuls changements que
les gens voient depuis un an, c'est qu'il ne cesse de cajoler le patronat.",
a insisté Jean-Luc Mélenchon. 

"Ce gouvernement n'a plus aucune autorité dans ce
pays et par conséquent c'est le devoir de la majorité parlementaire de
gauche de lui dire maintenant ça suffit, on change de ligne politique, et au
lieu de faire la politique des patrons on va faire celle du peuple français
", a conclu le co-président du Front de Gauche. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.