Cet article date de plus de six ans.

Primaires : Guaino prêt à s'engager pour défendre la République

écouter (10min)
Invité de France Info ce jeudi, Henri Guaino a vivement réagi aux revendications des nationalistes qui ont remporté les régionales en Corse. Il a défendu une République une et indivisible menacée aussi selon lui par l'Europe. "Si personne ne (la) défend, je m'engagerai pour la défendre."
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le discours en langue corse du nouveau président de l'assemblée territoriale et les revendications des nationalistes suscitent toujours la colère d'Henri Guaino. "Ce sont des élections régionales, pas un référendum sur l'indépendance de la Corse. Les mandats sont des mandats régionaux. Ils n'ont aucune compétence pour décider ce qui doit être la langue officielle de la Corse, si les meurtriers du préfet Erignac sont des prisonniers politiques, ils n'ont pas le droit dans une enceinte républicaine de parler le corse...."

Et le député Les Républicains des Yvelines enchaîne : "Il n'y a pas de peuple corse pas plus qu'il n'y a de peuple provençal, pas plus qu'il y a de peuple breton, mais un seul peuple français, une nation une et indivisible."

"Des siècles d'histoire, de travail, de sacrifices..."

Henri Guaino qui élargit la question au-delà de la Corse : "On est chez les fous. Quelle époque. A une vitesse incroyable, nous sommes en train de tout laisser se défaire, des siècles d'histoire, de travail, de sacrifices. Par le haut quand la commission européenne, avec l'appui de la France créé un corps de gardes-frontières qui va intervenir dans les pays sans se soucier de l'avis des pays. Et par le bas, la désintégration en communautés, en tribus et en principautés. Si personne n'est capable de défendre une idée de la Nation, de la République une et indivisible profondément anti-communautariste, anti-tribaliste, qui ne veut pas que la France se défasse. Si personne ne les défend, à ce moment-là, je m'engagerai pour les défendre..."

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.