Cet article date de plus de huit ans.

Besancenot et le rapport sur Brétigny : un "coup de semonce terrible"

écouter (10min)
Le porte-parole du NPA était ce mercredi l'invité de France Info. Il a commenté le rapport que France Info vous révélait dès mardi soir en exclusivité sur la catastrophe de Brétigny. Un rapport qui dénonce la réduction des moyens matériels et humains à la SNCF, notamment la baisse massive du nombre d’agents chargés du contrôle de la voie.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Olivier Besancenot invité de France Info © RF/ Nathanaël Charbonnier)

"Un coup de semonce je l'espère terrible qui doit nous alerter sur la face cachée du bilan de la libéralisation des services publics et des réductions d'effectifs. On a dû supprimer en cinq ans pas loin de 10.000 emplois. Cela a un coût en matière de maintenance et de sécurité  "a réagi le porte-parole du NPA sur le rapport sur la catastrophe de Brétigny. "A chaque fois qu'on retire un emploi, c'est évidemment des tâches qui ne sont plus assurées. Et les tâches qui ne sont plus jugées par les entreprises, les questions de sécurité en font partie".

A LIRE AUSSI ►►► Catastrophe de Brétigny : un rapport dénonce la baisse massive du nombre d’agents

Sur les rebondissements de l'affaire Jouyet-Fillon, il est plus expéditif : "Ça commence à me saouler. Qui a poignardé qui, qui est Nabilla dans l'histoire? " Et pour lui si quelqu'un doit démissionner, ce n'est pas le secrétaire général de l'Elysée mais le ministre de l'Intérieur "pour le traitement politique de la mort de Rémi Fraisse".

Colère aussi d'Olivier Besancenot sur la retraite chapeau de Gérard Mestrallet validée par le gouvernement : "Monsieur Macron qui nous explique qu'il faudrait faire des indemnités sur les allocations des chômeurs est incapable de dire non à un seul patron. Est-ce que oui ou non on laisse passer ?"

A LIRE AUSSI ►►► La retraite chapeau de Gérard Mestrallet désapprouvée par l'Etat mais validée

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.