Cet article date de plus de sept ans.

Le manque criant de popularité de François Hollande

écouter (5min)
Le président bat des records d'impopularité. Pour la première fois depuis son élection, la cote de confiance de François Hollande est tombée sous la barre des 20%, selon le baromètre de février TNS Sofres. On n'aurait jamais vu un tel manque d'autorité face à des couacs à répétition du gouvernement sous d'autres présidents et surtout pas sous Mitterrand assurent certains.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Cela n'a rien à voir pour la ministre de la Famille Dominique Bertinotti.

"François Mitterrand n'avait pas la pression des médias, matin, midi et soir. Peut-être que François Mitterrand n'était pas confronté à cette interrogation. Donc la vraie question, ce n'est pas de savoir si l'un a plus ou moins d'autorité que l'autre. Nous sommes dans un temps différent, et j'ai déjà entendu François Hollande dire qu'il ne fallait pas se mettre dans le temps de l'urgence et en particulier dans le temps de l'urgence médiatique. "

D'ailleurs, la ministre de la famille l'a rappelé, s'il est dans le cadre d'initiatives parlementaires, le projet de loi sur la famille pourra revenir dès l'après municipales. Ce qui engendrera d'autres manifestations pour Ludovine de la Rochère, présidente du collectif "La Manif Pour Tous".

"Si le gouvernement nous dit, je recule, j'ai entendu et qu'après il reprend les mêmes projets en les saucissonnant et en les faisant passer un par un, nous réagirons. Il ne faut pas prendre les Français pour des imbéciles. Nous allons demander à Monsieur Hollande un rendez-vous aujourd'hui même et nous allons lui écrire à ce sujet pour préciser les choses et ne pas avoir de retournements permanents. Si nécessaire nous serons à nouveau dans la rue. "

Le pacte de responsabilité

Le gouvernement préfère aujourd'hui se concentrer sur le pacte de responsabilité. Cela inquiète Jean-Christophe Cambadélis. Invité d'itélé, le député socialiste a livré ses craintes.

"Aujourd'hui on sent que le patronat, après avoir pris sa mise, se dérobe. Cela pose un vrai problème parce que s'il n'y a pas de négociations on ne peut pas avancer sur ce sujet et il est nécessaire que le Medef puisse faire des propositions qui soient des engagements. Jean-Marc Ayrault s'est adressé aux partenaires sociaux en leur demandant d'avancer rapidement. On a besoin que le pays puisse avancer dans la confiance. Un vote de responsabilité entre les municipales et les européennes. "

Le gel des primes et avancements

Entre les deux scrutins, le temps pour le gouvernement de se mettre d'accord peut être sur le gel du barème des fonctionnaires.

Vincent Peillon a proposé puis démenti le gel des primes et des avancements pour réduire la dépense publique.

Ce matin sur BFMTV Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports n'est pas tendre avec son collègue.

"Cela n'est pas d'actualité. Cela a été dit pendant un déjeuner et démenti publiquement. Moi, je n'étais pas au déjeuner et je fais attention à ce que je dis quand je déjeune. "

Toujours est-il que le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve assure que "les fonctionnaires ont déjà fait beaucoup d'économies" et lui, ne l'a pas dit pendant un déjeuner.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.