Cet article date de plus d'un an.

"Blanca", une série "HPI" à l'italienne sur M6

Comme "HPI", "Blanca" a la forme d'un polar dont l'héroïne est une jeune femme à part, en l'occurence aveugle, qui arrive à prêter main forte de manière très efficace à la police de Gênes en Italie. 

Article rédigé par France Info - Laurent Valière
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Maria Chiara Giannetta incarne Blanca, aux côtés de Guiseppe Zeno.  (LUX VIDE SPA)

Vous avez aimé HPI et sa consultante haute en couleur incarnée par Audrey Fleurot. Vous risquez aussi d’apprécier Blanca, une nouvelle série italienne qui a cartonné en Italie, diffusée à partir de ce samedi 7 janvier sur M6.

Le principe est similaire : une femme venue de nulle part qui devient une alliée fortiche de la police italienne. Sauf que si Morgane Alvaro était une mère de famille douée d’un QI élevé, Blanca est une femme célibataire, aveugle. Cela lui permet de développer une acuité intellectuelle étonnante, de ne pas avoir peur face à un truand, et de dénicher, mieux que tous, des coupables.

Blanca, une série inspirée d’un livre

Si la jeune héroïne s’habille de couleurs acidulées, ce n’était pas le cas dans le livre bien plus sombre. Maria Chiara Giannetta incarne Blanca : "Mais pour la série, ils ont changé le tempérament sombre de Blanca".

La force de Blanca c’est qu’on rentre littéralement dans la tête de la jeune femme aveugle. Un joli système sur fond noir fait prendre conscience de qu’elle peut voir. Pour incarner ce personnage, l’actrice a rencontré des personnalités aveugles, champions olympiques ou chanteurs. Maria Chiara Giannetta raconte :

"L’un était le chanteur Andrea Bocelli. Je l'ai rencontré chez lui. C'était tellement drôle de comprendre comment une personne aveugle connaît sa propre maison. Et il se déplaçait dans sa maison, comme s'il pouvait voir. Ensuite, j'ai essayé de me bander les yeux à la maison et de faire certaines choses chez moi : la routine quotidienne : cuisiner, faire mon lit, danser, parce que vous verrez Blanca danser dans la série." 

Le dernier atout de Blanca c’est Gênes, cette ville portuaire, on y mange des pâtes au pistou. L’Italie quoi ! Joliment filmée : "D'une certaine manière, la ville est l'un des personnages principaux de la série. Une ville grise, avec tout ce qui s’est passé récemment, le pont qui s’est effondré. Ça contraste avec la drôle de fille aveugle, en habits de couleurs, qui se balade dans la rue."

Blanca, un polar pop avec une héroïne qui n’a littéralement pas froid aux yeux. A découvrir à partir de ce samedi soir, 7 janvier, sur M6.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.