Cet article date de plus de dix ans.

"Supériorité des voitures allemandes" : mais, d'où vient cette conviction ?

Dans le domaine automobile, il est souvent question de la "supériorité" des constructeurs allemands. Mais d'où cela vient-il ?
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Franceinfo (Franceinfo)

C'est vrai qu'a priori, cette "supériorité" allemande en automobile n'était pas une fatalité.
Remontons aux années 60.
A l'époque, les grands pays producteurs de voitures, c'était :

  • l'Italie: très en pointe, notamment dans le domaine des moteurs.
  • la Grande-Bretagne: elle construisait des voitures chics, ou sportives ; mais, déjà, l'industrie automobile anglaise déclinait – les voitures commençaient à être dépassées!
  • la France était très en avance en tenue de route – avec la traction avant, qui s'est répandue très vite.
    Mais aussi en confort, en freinage, en éclairage!
    En dehors de l'Europe, il y avait les Etats-Unis: dans les années 60, ils s'enfonçaient dans la décadence ; avec des voitures toujours plus énormes  mais qui ne progressaient plus.
    Et le Japon ? Il produisait de toutes petites voitures, archaïques, à des années-lumière du savoir-faire européen.
L'Allemagne, dans ces années 60,était très en retard !

Audi n'existait pas,  ça paraît incroyable! Mais Audi a été ressuscitée par Volkswagen, seulement en 1965.
BMW avait failli déposer le bilan! Et, en termes de ventes, BMW était minuscule!
Ford Allemagne et Opel : c'était des voitures très quelconques.
Et Volkswagen, c'était la Coccinelle : voiture totalement dépassée, techniquement ; mais solide  même si elle rouillait!
Si : il y avait une marque, qui brillait par sa qualité : c'était Mercedes.
Mais c'était la seule !

La tendance s'inverse assez vite, dans les années 70

Le choc pétrolier change complètement la donne :

  • Il vatétaniser les constructeurs français et bloquer leur ambitions techniques ;
  • Il va cantonner les Italiens dans le rôle de constructeurs de petites voitures ;
  • Il va accélérer le déclin de l'industrie anglaise qui était déjà très mal en point.
    Et, les allemands, au contraire, vont continuer à innover, à concevoir des voitures toujours plus ambitieuses.
La "qualité allemande" : pas un mythe mais parfois surestimée

Mercedes a toujours cultivé la qualité, la résistance à fort kilométrage.
Mais, sinon, les voitures allemandes des années 70 rouillaient autant que les autres, même les Porsche !
Ensuite, durant ces années 70, les Allemands vont davantage soigner la qualité de fabrication que les Français, ou les Italiens.
Mais cette "qualité de fabrication" ne signifie pas que les allemandes tombaient moins en panne : elles étaient surtout mieux assemblées, mieux construites !

En Bref...

Les voitures hybrides atteignent des sommets, en Europe
Depuis le début de l'année, les ventes de Toyota et Lexus hybrides ont presque doublé, en Europe.
Pendant ce temps, Fiat et Renault n'ont pas d'hybrides, dans leurs gammes. C'est un choix jugé suicidaire, par certains observateurs.

La France consomme de moins en moins de carburant
Sur les trois premiers mois de l'année, la consommation de carburants a baissé de 3,3 %.
Les raisons : des voitures plus sobres ; et des automobilistes qui roulent moins à cause de la crise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.