Cet article date de plus d'onze ans.

Régulateur de vitesse : comment bien l'utiliser – sans en abuser !

Souvent, le régulateur est présenté comme un facteur de sécurité. Parce qu'il vous dispense d'être crispé, le regard fixé, sur votre compteur. Mais il peut aussi être à l'origine de certains dangers.
Article rédigé par Jean-Rémy Macchia
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Avec le régulateur, votre esprit n'est plus constamment encombré par cette préoccupation, de ne surtout pas dépasser la vitesse limite.
Mais il abaisse votre vigilance.

Méfiez-vous de l'utilisation trop prolongé du régulateur !

Sur autoroute, par excellence monotone, qui favorise l'assoupissement,  le régulateur va se conjuguer au caractère soporifique du trajet, pour accélérer votre baisse de vigilance !
Paradoxal : l'autoroute, avec ses très faibles variations de vitesse est Le cadre où utiliser le régulateur. Et c'est là, aussi, que son utilisation peut être la plus dangereuse.

Comment éviter la perte de vigilance qu'il pourrait entraîner

En s'interdisant une utilisation ininterrompue, pendant plus de 30 mn !
Et puis bien sûr !  ne profitez pas du régulateur pour adopter une position bizarre –pour la conduite.
Les pieds reculés sous le siège, les bras suspendus au volant plutôt qu'ils ne le tiennent : non !
Restez en position pour réactiver vos pieds, vos bras, dès que vous aurez un besoin urgent de réagir : les pieds près du pédalier ; et les mains tenant réellement le volant.
Ceci étant, le danger du régulateur, c'est que mentalement, vous déprogrammez  non seulement vos membres  de la conduite ; mais votre cerveau !
Et lorsqu'il faut le reconnecter, pour réagir à une situation d'urgence, c'est là, que la concentration sur la conduite, complètement perdue, pénalise votre temps de réflexe, qui est multiplié par 3, ou 4 !

"Meilleur" que le régulateur : le limiteur de vitesse

Meilleur, car débarrassé de toute cette accoutumance passive à la conduite.
Là, la vitesse que vous programmez n'est plus une vitesse automatiquement conservée : vous gardez la "main" sur les commandes, en continuant à agir sur l'accélérateur !
Juste, le limiteur crée un point "dur" sur l'accélérateur, au-delà duquel une pression accrue, restera sans effet.
Bien sûr, à tout moment, vous pourrez récupérer une pleine puissance d'accélération en écrasant la pédale.
Mais les pressions "intermédiaires" ne modifieront pas votre allure.
Vous resterez aux commandes, en régulant vous-même votre vitesse.
Ce qui entraine bien moins d'effets négatifs sur votre attention, et votre sécurité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.