Cet article date de plus de huit ans.

L'appel de phares, toujours en vogue

C'est une une pratique souvent tue mais pourtant bien connue des automobilistes : le fameux appel de phares qui signale un contrôle radar. Cette pratique a-t-elle toujours cours ?
Article rédigé par Jean-Rémy Macchia
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (En voyant cette scène sur le bord de la route, 70% des automobilistes ont le réflexe de prévenir les autres © MaxPPP)

La réponse est oui : le petit "clin d'œil automobile" que se font les conducteurs reste d'usage courant. C'est ce que révèle un sondage – très sérieux – réalisé par Harris Interactive et publié par le site Caradisiac. 70% des automobilistes français se disent adeptes de l'appel de phares.

Les Parisiens, les plus réticents au "clin d'œil"

Les Français sont même 73% à ressentir de la gratitude quand un automobiliste leur en adresse un. Les assistants d'aide à la conduite (Coyote, Wikango) n'ont pas tué cette pratique qui remonte aux années 70 quand sont apparus les premiers contrôles radar.

Mais – chose curieuse – ce sont les conducteurs de la région parisienne qui sont les plus indifférents aux appels de phares alors que les habitants du Nord-Est sont les plus adeptes de cette pratique. Sinon, dans l'ensemble, les jeunes (moins de 35 ans) ont plus le réflexe de l'appel de phares que les autres.

Dans la série des chiffres et des sondages, soulignons ce résultat assez étonnant révélé par le CNPA (Conseil national des professions de l'automobile): d'après son enquête, la compétence, la qualité du travail et la confiance sont les trois critères a priori privilégiés dans le choix d'un garagiste en France. Toujours selon cette même étude, au moment de comparer – vraiment – les réparateurs, c'est de loin le prix qui devient le tout premier critère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.