Cet article date de plus de huit ans.

Auto-partage en entreprise : ça marche !

écouter (10min)
On parle beaucoup d'auto-partage, notamment public : dans les villes. Mais il existe aussi de l'auto-partage qui se développe en entreprises.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Des voitures qui vont être mises à disposition des employés, comme des voitures de fonction, ou des voitures de service (censées n'être utilisées que dans le cadre du travail), c'est en train de se développer en France.
Pour les salariés, c'est assez simple : une flotte de voitures existe. Des voitures qui sont dédiées à cette utilisation "partagée".
Les voitures sont équipées d'un système qui permet l'accès par différentes personnes – et leur identification.

Réserver, utiliser et – peu – payer

Et, suivant les réservations qui peuvent être faites, les salariés vont utiliser ces voitures. Pas tout à fait comme des voitures de fonction : lorsque la voiture va être utilisée dans un cadre professionnel, ce sera gratuit.
Mais lorsque la voiture sera réservée pour un usage personnel – privé – là, le salarié aura à payer, pour que cette utilisation d'une voiture ne soit pas assimilée, fiscalement, à un avantage en nature qui "contournerait" l'impôt.
Pour le salarié, le coût reste très raisonnable.
En tout cas, c'est bien moins cher qu'une voiture de location.
Par exemple, pour une soirée, une petite voiture, qui sera rendue la lendemain matin – et avec le carburant compris – ça revient à 10 €.
Pour un week-end, si vous roulez moins de 200 km, ça coûtera un peu plus de 50 €.
Et puis, c'est facile : la voiture est sur votre lieu de travail.
Pas besoin d'aller dans une agence, de faire la queue, de vous énerver parce qu'il n'y a plus de voiture de la bonne catégorie.

Une formule qui démarre en France

C'est une activité qui débute. Pour l'instant, une entreprise comme Carbox – qui a inauguré ce système en France n'a que 30 entreprises qui sont clientes.
Et elle n'en est qu'à 500 voitures – au total – mises à la disposition des salariés ; c'est encore assez peu.
Mais ça devrait se développer, dans les années qui viennent.

Pour toute information :
www.carboxservices.com

En Bref...

Du nouveau pour les bio-carburants
Ce sont les Pandas de Chine – cette espèce pourtant menacée – qui laissent entrevoir une solution très prometteuse, pour les bio-carburants.
Avec leurs excréments !
Vous savez qu'il n'y a rien de plus idiot, que de mettre en œuvre des cultures agricoles pour faire du carburant : c'est "anti-écologique", sur tous les plans.
En revanche, vous pouvez utiliser les déchets des cultures – comme les tiges des maïs.
Et là, vous avez besoin d'un "agent" extérieur, pour accélérer la décomposition de ces rejets – et faire du bio-éthanol.
Les bactéries présentes dans le système digestif des pandas semblent idéales.
Une recherche – très sérieuse – est en cours au zoo de Memphis – aux Etats-Unis, pour utiliser les crottes de Pandas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.