Cet article date de plus de dix ans.

Première médicale: une grossesse après une greffe d'utérus

Pour la première fois au monde, une jeune femme ayant bénéficié d'une greffe d'utérus serait enceinte. L'équipe turque à l'origine de cette prouesse n'est pas la seule à travailler sur la transplantation d'utérus. En France, des médecins espèrent aussi réaliser cette opération très délicate.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
  (©)

Même si plus de cinq femmes dans le monde ont déjà été opérées,
même si cette semaine une équipe turque a annoncé la grossesse d'une première
patiente, nul doute que la transplantation d'utérus est encore une intervention
expérimentale et polémique.

Expérimentale car l'intervention en elle même fait toujours
l'objet de recherche et polémique parce que l'on ne sait pas encore si les
risques encourus par la patiente seront à la hauteur des bénéfices qu'elle
pourra en tirer, c'est à dire mener une grossesse jusqu'au bout sans dommage
pour sa santé et celle de son enfant.

"Dans ce genre de technique l'objectif est d'avoir un
enfant bien portant à la maison et pas seulement un test de grossesse,
"
explique le docteur Pascal Pivert, responsable de l'assistance médicale à la
procréation à Limoges et spécialiste des greffes de tissus ovariens. "Il
va falloir attendre les publications scientifiques pour savoir ce qu'il se
passe.
"

La greffe

Le principe de cette greffe est de permettre à une femme qui
n'a pas d'utérus de pouvoir porter un enfant. L'objectif c'est un enfant bien
portant à la maison.

Tout commence par le prélèvement d'ovocytes qui seront
ensuite congelés. Puis on greffe l'utérus, et on attend un an pour être sûr qu'il
n'y a pas de rejet afin de pouvoir transférer les embryons. C'est une greffe
provisoire qui est retirée une fois la grossesse obtenue pour éviter les effets
secondaires.

En France, des femmes ont lancé une pétition afin d'avoir accès plus rapidement à l'opération. Mais Pascal Pivert prévient qu'il faut rester prudent. "Nous avons un programme prévu sur plusieurs années et on ne veut pas sauter des étapes. La première étape est la faisabilité du prélèvement. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.