Cet article date de plus de dix ans.

"Le plus difficile pour une chaîne, c'est de garder ses abonnés" (Charles Biétry)

écouter
Les chaînes se sont battues pour obtenir les droits de diffusion des matchs de l'Euro de football... et les résultats sont là. TF1 et M6 se félicitent de leurs très bonnes audiences. Charles Biétry, vice-président de BeIn Sport, la nouvelle chaîne d'Al-Jazeera, tire lui aussi un bilan positif de ce début de compétition, tout en affirmant que rien n'est gagné.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'est un début de compétition qui fonctionne plutôt bien à la télévision. Y compris pour les rencontres entre deux équipes étrangères : hier soir, M6 diffusait le match Pologne / Russie et réunissait 4 millions 400.000 télespectateurs. Pourtant, la chaîne n'avait pas pu s'appuyer sur l'élément phare de son dispositif, le duo Jean-Michel Larqué / Thierry Roland. Ce dernier, souffrant, a dû annuler sa participation à la compétition.

Quand les Bleus jouent, les audiences sont évidemment encore meilleures. Plus de 10 millions de supporters étaient réunis devant France / Angleterre lundi sur TF1. Il ne s'agissait pas d'un prime time - le match était à 18h - mais c'est tout de même le troisième meilleur score de la chaîne depuis le début de l'année. Autant dire qu'au sein des chaînes, on croise les doigts pour que l'équipe de France aille le plus loin possible dans la compétition car qui dit audience dit tarifs publicitaires élevés.

Une troisième chaîne espère elle aussi profiter au maximum de la compétition. BeIn Sport, la nouvelle chaîne du groupe Al-Jazeera, a été lancée il y a maintenant presque deux semaines, juste à temps pour diffuser l'Euro. Si Charles Biétry, son vice-président, affirme ne pas savoir combien de personnes se sont inscrites à sa chaîne - "c'est plus d'un millier, moins d'une centaine de milliers" - il affirme que "la tendance est très bonne" .

"Nous sommes une entreprise française comme les autres"

Reste que la chaîne devra faire ses preuves sur le long terme, y compris dans des périodes moins porteuses. "Nous n'aurons pas toujours l'Euro ou les JO" concède Charles Biétry, "et pourtant, c'est au quotidien que ça se gagne. A chaque minute, chaque seconde. Attirer les abonnés n'est pas le plus difficile pour une chaîne payante. La difficulté, c'est de les garder" .

Porté par un groupe qatari richissime, BeIn Sport a-t-elle un réel objectif de rentabilité ? "Bien sûr" affirme Charles Biétry. "On ne lance pas une entreprise pour perdre de l'argent. Nous cherchons à être rentable rapidement, nous maîtrisons nos coûts. Nous sommes une entreprise française comme les autres."

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.