Cet article date de plus de dix ans.

La gagnante du Mediator, stop au contrôle au faciès

écouter (15min)
La santé publique en émoi après la promotion d'une ex-experte du Mediator. Egalement au sommaire : les stars du rap français qui disent "stop au contrôle au faciès" avec le lancement de la websérie "mon premier contrôle d'identité".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'hyper revue de presse

 

A la une :  les rappeurs français mobilisés dans une websérie contre le contrôle au faciès et l'émoi dans le monde de la santé après une nomination très contestée, celle d'une ex-employée de Servier, ex-experte du Mediator, à un poste de directrice de l'Afssaps, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Nomination suspendue ce matin après ces informations de presse par le ministre du Travail et de la Santé Xavier Bertrand.

Deux invités dans l'hyper revue de presse : 

 - Alexandre Lacroix , le directeur de la rédaction de Philosophie Magazine, qui publie une étonnante interview de Julian Assange, le créateur de Wikileaks...

 - L'actrice Marie-Christine Barrault , marraine du prix Lire dans le Noir 2011...

La chronique d'Anne-Elisabeth Lemoine : le Pakistan fait le ménage dans les textos, avec une liste des "gros mots" à bannir.  

La revue de presse et du Web

 

 

 

On reparle ce matin dans les journaux du scandale du Mediator...

(actualisé plus bas )

Le monde de la santé et du médicament, nos ministres, sont-ils frappés de la maladie d'Alzeihmer ? On peut se le demander en lisant le Figaro...

Souvenez-vous : après le Mediator, il fallait absolument nettoyer les écuries d'Augias. Il fallait tirer les leçons. Il fallait tout faire pour éviter un nouveau scandale sanitaire. Il était urgent de réformer l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, l'Afssaps, créée - déjà - après un autre scandale, après l'affaire du sang contaminé.

RE-FOR-MER : ne plus recommencer les mêmes erreurs. Or, selon Anne Jouan dans le Figaro, l'un des médecins de l'Afssaps vient d'être promu à un poste important. Ce médecin a sans doute été particulièrement vigilant... Pour être nommé au poste de responsable produit de l'Afssaps, il a sans doute rendu de grands services à la sécurité sanitaire du pays. Ou il aurait dû.

Car selon le Figaro, cette femme-médecin a surtout travaillé pour les laboratoires Servier, où elle s'occupait de l'isoméride, ce cousin germain du Mediator. Les deux médicaments ont les mêmes effets toxiques pour les valves du coeur. On connaît la suite... En passant de Servier à l'Afssaps à la fin des années 90, ce médecin connaissait parfaitement, écrit le Figaro, la molécule de Servier. Par ses fonctions chez Servier, elle s'occupait d'un produit toxique, retiré du marché. Aujourd'hui, c'est donc l'une des hautes responsables de la santé publique.

[Mis à jour à 08h00]

L'information du Figaro fait réagir Xavier Bertrand : le ministre du Travail et de la Santé annonce ce matin sur France Info que la nomination de ce médecin comme responsable produit de l'Afssaps est suspendue.

On continue à feuilleter la presse avec une initiative contre le contrôle au faciès...

"Mon premier contrôle d'identité", c'est une websérie qui illustre une campagne portée depuis hier par des stars du rap français qui racontent leurs souvenirs de ce moment particulier qui laisse des traces...

Une opération lancée par le collectif "Stop au contrôle au faciès". Un numéro de téléphone pour récolter des témoignages de contrôles d'identité abusifs. Tout doit être fait dans les formes : il faut signaler la date, l'heure, le lieu, le contexte et le motif du contrôle. Le but est d'avoir suffisament d'éléments factuels pour porter une action en justice.

L'Humanité qui relaye cette initiative après le Parisien rappelle qu'un officier de police judiciaire ne peut vérifier l'identité d'une personne que dans un cadre juridique très strict et sûrement pas en raison de son apparence ou de la couleur de sa peau. Selon une étude du CNRS citée dans l'Humanité, les jeunes seraient contrôlés onze fois plus que les autres, et un Noir ou un Arabe six à huit fois plus qu'un Blanc.

Comme Youssouf, qui témoigne dans l'Huma, il a 21 ans, mauvais âge, mauvais prénom, mauvaise couleur, et mauvais quartier, les Minguettes près de Lyon. Il est étudiant en sciences politiques, il affirme avoir été contrôlé une quinzaine de fois dans sa vie, parfois dans des conditions humiliantes, sans jamais savoir pourquoi. Aujourd'hui, il participe activement à la campagne "Stop au contrôle au faciès"...

La presse à la Une

 

 

 

Avec Christophe Joly, le rédacteur en chef de metro. A la une : "ils disent merci à la crise", achat d'or, vente à domicile, commerce de coffre-forts... Des petits malins surfent sur la dépression économique.

 

 

 

 

 

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.