Cet article date de plus de sept ans.

Calypso et reggae : l'hymne officieux du parti populiste britannique UKIP

écouter (5min)
Fiscalité, immigration et Union européenne : les thèmes de campagne du parti eurosceptique figurent dans la chanson classée numéro 1 des téléchargements au Royaume-Uni.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (La chanson du parti populiste britannique UKIP "UKIP Calypso" © Capture d'écran Amazon)

La controverse autour de la chanson "UKIP Calypso" a débuté lundi matin avec le tweet du chef du parti populiste et eurosceptique britannique Nigel Farage.

"Aidez l'UKIP Calypso des Independents à devenir numéro 1 des téléchargements" , écrit-il. La chanson a été écrite par un ancien animateur de radio, Mike Read, qui a depuis rejoint les rangs du parti qui est récemment entré au Parlement britannique. La fiscalité, l'immigration, l'Union européenne : tous les thèmes de campagne sont passés en revue. 

On peut remarquer les sonorités de calypso et ce léger accent carribéen truqué. Les paroles sont directes. Par exemple, "Nos leaders ont pêché. Ils ont ouvert nos frontières, les sans-papiers sont dans toutes les villes britanniques." Ou encore le refrain. 

"Oh oui, quand nous arriverons au pouvoir, et que le nouveau Premier ministre sera Farage, nous pourrons à nouveau discuter avec le monde. Quand Nigel sera au No.10" (le 10 Downing Street est la résidence du chef du gouvernement britannique, ndlr).

Les internautes anglais ont réagi avec le hashtag . Beaucoup de moqueries, des tweets parlant de racisme.

"Il n'y a rien d'inoffensif dans cette chanson car c'est le manifeste de l'ignorance d'un parti politique dont le programme devrait tous nous effrayer",  estime ce vétéran de l'armée de l'air britannique.

"Peut-être que la chose la plus épouvantable au sujet de cette chanson de l'UKIP de Mike Read est que cela soit du calypso, une musique de carnaval importée par l'immigration des années 50" , réagit un romancier anglais.

Pour l'auteur de la chanson, Mike Read, interrogé par la chaîne de télévision Sky News,"il ne s'agit pas d'une chanson raciste" mais "un peu de satire et du fun ". Lundi soir, la chanson se classait numéro 1 des téléchargements sur Amazon en Grande-Bretagne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.