Cet article date de plus de huit ans.

Le Front National expliqué aux collégiens

Jean-Marie Le Pen attaque en justice le Front national suite à sa suspension du parti. Des élèves de sixième profitent de l’occasion pour se questionner sur ce parti d’extrême-droite et ses vicissitudes.
Article rédigé par Estelle Faure
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 15 min
  (Jean-Marie Le Pen et sa fille à la tribune, place de l'Opéra à Paris, le 1er mai dernier © MaxPPP)

Ce vendredi, Jean-Marie Le Pen conteste devant la justice sa suspension du Front National. Il argue notamment que cette décision n’est pas régulière et qu’il ne peut être suspendu de ses fonctions de président d’honneur. Sa fille, Marine Le Pen, et des responsables du parti affirment le contraire.

Entre guerres intestines au sein du parti et de la famille Le Pen et dérapages de militants, le FN ne cesse de faire la une des journaux depuis plusieurs semaines. Cette semaine, 16 candidats aux élections départementales de mars dernier ont été exclus du parti à cause de propos polémiques tenus pendant la campagne. Lors de ce scrutin, même s’il a échoué à remporter un département, le FN a prouvé son enracinement sur le territoire en remportant 62 sièges de conseillers départementaux sur 4.000.

 

Le FN est-il devenu un parti comme les autres ? Lena, Antoine et Imène sont en sixième au collège Elsa Triolet à Paris et ils posent leurs questions sur ce parti du paysage politique français. Pour leur répondre, Jean-Yves Camus, politologue et chercheur à l'IRIS, spécialiste des nationalismes et des extrémismes.

  (FIJ pola FN)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.