franceinfo junior, France info

franceinfo junior. Comment les migrants sont accueillis en France ?

Comment les migrants sont accueillis et pris en charge en France ? Alors que le gouvernement veut réformer ces règles, on revient sur le sujet dans franceinfo junior. Pour répondre aux questions des enfants : Nan Suel, membre de l'association Terre d'Errance.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des mineurs étrangers participent à un cours de français à Montpellier, le 7 novembre 2019.
Des mineurs étrangers participent à un cours de français à Montpellier, le 7 novembre 2019. (MAXPPP)

Quels sont les droits des migrants en France ? Comment sont-ils accueillis ? Le gouvernement a récemment annoncé vouloir changer les règles de prise en charge des migrants. Mais comment ça se passe aujourd'hui ? On en parle dans franceinfo junior ce mardi. Au micro : des élèves de CM1-CM2 de l'école PEF à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Pour leur répondre : Nan Suel, membre de l'association Terre d'Errance qui vient en aide aux migrants dans le nord de la France. 

L'émission commence d'abord par rappeler ce que veut dire être un "migrant". Ce sont d'abord "des personnes" précise l'invité, et cela recouper des situations très différentes : "des étudiants, plein de Français... (...) des personnes qui essaient de passer en Angleterre ou de rentrer en France aussi sans en avoir le droit", si est fait référence à un usage le plus récent du mot "migrant".

Latifa pose la première question : l'élève veut savoir quelles sont leurs conditions de vie, par exemple pour se nourrir. "Ca dépend de quel migrant on parle. Si on parle des personnes migrantes, tu as peut-être vu des images de campements et de bidonvilles, ces personnes-là cumulent les difficultés des personnes sans domicile fixe et de personnes sans papiers, elles ont des conditions de vie très précaires et souvent, bien trop souvent, elles vivent dans la rue et dépendent simplement de la solidarité de personnes proches."

L'écolière a une nouvelle question : "Est-ce qu'ils ont des petits boulots ?" demande Latifa. "Si on parle de ces personnes-là, qui ont des conditions de vie précaires et pas de papiers, elles n'ont pas le droit de travailler. Parfois elles vont peut-être trouver des petits jobs à la journée mais sans être sûres d'être payées le soir, c'est ce qu'on appelle le travail au noir. Les personnes qui cherchent à rester et demandent l'asile, depuis assez récemment, au bout d'un temps, elles ont le droit de travailler mais c'est très difficile aussi pour ces personnes-là parce que certaines ne savent pas parler français, et puis aussi parce qu'elles ont d'autres choses en tête, des choses très difficiles à surmonter dans la tête. C'est difficile de chercher du travail et surtout de trouver du travail dans ces conditions." Et pour la santé ? Et comment ça se passe pour les mineurs ? Sur cette page, réécoutez en entier notre émission du jour sur la prise en charge des migrants.

Des mineurs étrangers participent à un cours de français à Montpellier, le 7 novembre 2019.
Des mineurs étrangers participent à un cours de français à Montpellier, le 7 novembre 2019. (MAXPPP)