Cet article date de plus de sept ans.

Un triathlon au coeur des fjords

écouter (10min)
Le froid et les dénivelés font du Norseman l’un des trois triathlons qualifiés d’« extrêmes » dans le monde. Pas de quoi faire peur à Stéphanie Cayla, la seule Française en lice cette année.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Le triathlon est entrée dans la vie de Stéphanie Cayla, il y a seulement trois ans. Samedi 1 er août, la Française s’est pourtant attaquée avec succès à l’un des trois parcours les plus difficiles de la discipline : le Norseman. La course, qui se déroule à Eidfjord, en Norvège, est un triathlon « extrême », au même titre que le Celtman ou le Swissman.

 

  (©)
 

1'9 km à la nage dans une eau à 10°C

L’eau y est particulièrement froide (10 °C cette année), à tel point que les organisateurs ont décidé de diviser par deux l’épreuve de natation pour cette édition. Les près de trois cents concurrents du Norseman 2015 ont donc eu à parcourir 1,9 km à la nage, 180km à vélo ainsi qu’un marathon (42,2km).

Les dénivelés importants et l’organisation (pas de ravitaillement, chaque participant doit venir avec ses propres accompagnateurs) contribuent à faire de l’épreuve un triathlon extrême.

L’entraînement intensif avec son club de Levallois et un coach personnel ont visiblement payé : Stéphanie Cayla a bouclé le triathlon en 14h17 (la Norvégienne Kristine Lie, arrivée première, a terminé en 11h50).

  (Stéphanie Cayla @ DR)

La quadragénaire n’a pas trop eu le temps d’admirer les fjords, mais assez pour apprécier les encouragements d’un public nombreux sur le bord des routes, et l’ambiance chaleureuse entre concurrents.

A tel point que cette mère de famille serait prête à retourner en Norvège l’an prochain…mais comme accompagnatrice.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.