L’Inde en proie à des températures sans précédent

écouter (3min)

Depuis le mois de mars, le pays tourne au ralenti alors que le thermomètre flirte régulièrement avec les 50 degrés, comme en témoigne cette Française.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
11 mai 2022. En Inde, à Pali, une femme remplit son seau avec une eau livrée par train spécial, en cette journée d'été caniculaire. Chaque jour, des dizaines de villageois, le plus souvent des femmes et des enfants, attendent avec un jerrycan bleu et des seaux, que ce train leur apporte cette eau précieuse, au coeur de cette vague caniculaire dans l'état désertique du Rajasthan. (PRAKASH SINGH / AFP)

Le pays est littéralement encerclé par des températures qui battent tous les records. Dans certaines provinces comme le Rajasthan, où vit la française Éline Caillaud, le thermomètre affiche par moment près de 50 degrés. Une température qui rend la situation critique pour les habitants et les agriculteurs, déjà affectés par le manque de pluie et de neige cet hiver.

"On a connu une hausse des températures dès le mois de mars. Habituellement, mars est considéré comme le printemps mais cette année, on avait déjà des températures entre 30 et 40°. Puis c’est monté entre 40 et 45° en avril et en mai, soit 3° à 5° au-dessus des moyennes saisonnières."

Eline Caillaud

à franceinfo

.

Eline Caillaud en Inde : "On a connu une hausse des températures dès le mois de mars"  (Eline Caillaud)

Plus d'exportations de blé

Les mois de mars et d'avril, exceptionnellement chauds, ont fait grimper la consommation d'électricité, notamment pour alimenter les climatiseurs gourmands en énergie. Les centrales électriques manquent à présent de charbon pour répondre à la demande.

D'après l'Organisation météorologique mondiale des Nations unies (OMM), cette vague de chaleur record est "cohérente" avec le changement climatique. Conséquence de cette canicule sans précédent, l'Inde, deuxième producteur au monde, a décidé d’interdire les exportations de blé face à la baisse de sa production, due notamment à des vagues extrêmes de chaleur, ce qui va "aggraver la crise" d'approvisionnement en céréales avec la guerre en Ukraine, selon le G7.

Aller plus loin

Retrouvez cette chronique sur le site, l'appli, et dans le magazine de la mobilité internationale www.français à l'étranger.fr

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.