Femmes d'exception, France info

Angela Davis : "il faut organiser des communautés de résistance"

A 69 ans, Angela Davis n'a pas perdu son âme de militante. Elle continue de se battre pour les droits civiques, aux États-Unis et partout dans le monde. Féministe, communiste, proche des "Black Panthers", elle est devenue une icône internationale dans les années 60. La figure emblématique du mouvement noir américain raconte ses combats, sa cavale, son acquittement, son statut de symbole dans un entretien exceptionnel.

(©)

Angela Davis, une icône révolutionnaire? "Ce terme
d'icône ne me convient pas vraiment"
estime la militante américaine.
"C'est parce qu'il y a eu des mouvements de masse aux États-Unis et dans
le monde entier que je suis connue"
explique-t-elle, alors qu'un film
qui retrace son parcours va sortir le 3 avril, Free Angela and all political
prisoners
. Elle qui "a grandi dans la ville où régnait la ségrégation" ,
dit avoir pu comprendre la violence raciste et la ségrégation grâce à ses 
parents. "A l'âge de 11 ans, j'ai commencé à participer à un groupe de discussion
interracial. Nous nous réunissions pour discuter dans une église qui a été
détruite par une bombe"
. Fichée communiste, elle rappelle que "c'était
absurde parce que j'avais été recrutée pour enseigner le Marxisme"
.

"Je recevais des courriers qui me disaient 'rentre chez
toi en Afrique!', 'rentre chez toi en Russie!'"

Elle a ainsi reçu "des piles et des piles de lettres
de menace"
. Elle a aussi été membre des Black Panthers . "Ce
parti-là avait été appelé le
parti des Black Panthers pour l'autodéfense . C'était
donc une violence d'autodéfense"
ajoute-t-elle pour expliquer leur
droit de porter une arme à cette époque. Une époque pendant laquelle Angela
Davis cachait son féminisme.

"On s'est dit à ce moment-là que l'on allait intégrer
la lutte pour les droits de la femme à la lutte pour les communautés
noires".

Les choses ont basculé en 1970 quand un commando organise
une prise d'otages lors du procès d'un des membres. A la suite de ce bain de
sang, Angela Davis est accusée d'avoir fourni les armes. "Non, je n'ai
pas fourni les armes pour cet acte-là bien sûr"
. Mais ces armes lui appartenaient.
"Elles avaient été achetées en mon nom pour mes gardes du corps. Mais
c'est l'un d'eux qui a introduit ces armes dans le tribunal"
. Elle
revient alors sur sa fuite.

"Si j'étais allée me rendre aux autorités, probablement
que j'aurais été exécutée par la police".

Après 16 mois de détention, elle est libérée grâce à la mobilisation
internationale. "En France il y a eu un mouvement très puissant"
se souvient-elle en évoquant des photos de sa sœur, en France, en compagnie de
Louis Aragon. "C'était un mouvement qui a largement dépassé les attentes
que, moi, j'aurais pu avoir"
. Aujourd'hui, "je suppose que
j'essaie d'être une révolutionnaire et d'être plus sage, même s'il y a une contradiction
dans tout cela. Je continue de croire que pour que les choses changent, il faut
organiser des communautés de résistance énormes"
.

(©)