Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous ... la fiche S

L’homme qui tenté d’attaquer les passagers du Thalys vendredi faisait l’objet d’une fiche S. Quel est ce fichier ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Consultation du fichier des personnes recherchées©MAXPPP)

Le "S", c’est pour Sureté de l’État. Cette fiche est un sous-groupe du grand fichier de la police, le fichier des personnes recherchées (FPR). Dans ce grand fichier figurent par exemple des gens classés M (mineurs recherchés) ou classés V (des évadés).

Fichier S

Ceux qui figurent dans le fichier S représentent une menace potentielle pour la sécurité nationale. Cela peut concerner des profils très différents. Des personnes qui veulent commettre un attentat, mais aussi des militants politiques, qui peuvent mener des actions spectaculaires, comme des militants anti-nucléaires, anti OGM, ou encore des hooligans. Au final, environ 5.000 personnes seraient fichées S en France.

Niveaux de dangerosité

La fiche S comporte seize niveaux, en fonction du danger que représente l’individu. Le niveau 16 est le moins dangereux, le  niveau 1, le plus dangereux. Le suspect du Thalys était visiblement au niveau S3, ce qui est donc très sérieux. Mohamed Merah, le tueur de Toulouse en 2012, était lui au niveau S5.

Fonctionnement

La fiche S est établie par les services de renseignements français. Elle est là pour mettre en garde. Elle n’implique pas une surveillance automatique ou une arrestation. Mais quand des services de sécurité contrôlent une personne et qu’ils s’aperçoivent qu’elle est classée S, ils doivent la signaler aux services de renseignements et essayer d’obtenir le maximum d’informations.

Les fiches S sont alimentées par les renseignements français et étrangers. Quand le fiché est très dangereux, les pays doivent se passer l’information. Le pays qui a émis une fiche S doit être prévenu si la personne fichée est repérée ou contrôlée à l’étranger.

Mises à jour

Les fiches S ne sont pas permanentes. Tous les deux ans, une fiche S est mise à jour. Et elle peut disparaitre si l’on considère que la personne fichée n’est plus suffisamment dangereuse, qu’elle ne fait plus beaucoup parler d’elle.

Mais il arrive que certains se fassent oublier avant de ressurgir. C’est ce qui est arrivé avec Yassin Salhi, qui a commis l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier près de Lyon en juin dernier. Il avait fait l’objet d’une fiche S en 2006, mais il était sorti du fichier en 2008.    

Toutes les vidéos d'Expliquez-nous sont à retrouver ici

(Consultation du fichier des personnes recherchées©MAXPPP)