Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... L'impact du mouvement #Me Too

Alors qu'il y a un an le mot dièse "Me too" faisait son apparition sur les réseaux sociaux, focus de franceinfo sur l'effet qu'a eu ce mouvement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les messages #MeToo et #Balancetonporc lors d\'un rassemblement à Paris le 29 octobre 2017.
Les messages #MeToo et #Balancetonporc lors d'un rassemblement à Paris le 29 octobre 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le mouvement "Me too" a d'abord, de manière incontestable, entraîné une libération de la parole des femmes, dans le monde entier, via au départ les réseaux sociaux. 

La libération de la parole s'est aussi -et sans doute surtout- faite dans la sphère privée. Selon un sondage récemment réalisé pour la Fondation des Femmes et le magazine Femme Actuelle, près de sept femmes sur dix indiquant avoir subi des violences sexuelles ou sexistes déclarent en avoir parlé -essentiellement à leurs proches- pendant la campagne Me too. 91% de celles qui se sont confiées ont jugé cette prise de parole "positive".

Des confidences libératrices qui se sont aussi traduites par une hausse des appels aux plateformes d'écoute

Le 3919, numéro d'écoute des femmes victimes de violence en France a enregistré plus de mille appels suplémentaires par mois en octobre, novembre et décembre 2017 et une hausse des appels de 18% sur les six premiers mois de cette année. Mais cet afflux de demandes a aussi entraîné de grosses difficultés à répondre à tous les appels, faute de personnel. Un appel sur quatre environ ne peut pas recevoir de réponse.

Des décisions politiques qui vont dans le bon sens mais sont nettement insuffisantes selon les associations

Le gouvernement avait, en mars dernier, dévoilé un plan pour l'égalité hommes - femmes et contre les violences, crédité d'un budget de 420 millions d'euros. Un projet de loi de lutte contre les violences sexuelles et sexistes -instaurant un délit d'outrage sexiste- a été adopté cet été, mais avait suscité la déception des associations mobilisées, par rapport aux intentions initiales affichées.

Le gouvernement a, au début du mois, annoncé une série de mesures: campagne de télévision, subvention supplémentaire au 3919, instauration d'une plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles, pour faciliter les plaintes, outil de géolocalisation des places d'hébergement d'urgence et mise en place de "contrats locaux contre les violences" (partage territorial d'informations entre professionnels et associations) .

Pour le Haut Conseil à l'Egalité, la hausse des plaintes déposées pour violences sexuelles en France au premier semestre de cette année (+ 23%), montre que les femmes dénoncent davantage les violences, mais la présidente du HCE souligne aussi que le nombre de condamnations pour violences sexuelles a ces dix dernières années diminué de 25% (de 40% pour les viols). Elle appelle à amplifier les moyens humains et financiers accordés aux associations spécialisées et à ce que soit mise en place une formation systématique de tous les professionnels confrontés à ces violences.

Les messages #MeToo et #Balancetonporc lors d\'un rassemblement à Paris le 29 octobre 2017.
Les messages #MeToo et #Balancetonporc lors d'un rassemblement à Paris le 29 octobre 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)