En direct du monde, France info

Le premier mannequin palestinien qui travaille dans une agence israélienne

Un jeune palestinien tente de percer dans la mode. Il est le premier modèle palestinien à avoir été engagé dans une agence de mannequin israélienne. Âgé de17 ans il vit quand un quartier de Jérusalem-est, la partie annexée. Derrière son choix il y a la fois la volonté de vivre le rêve de la mode mais aussi d’avoir une identité propre, qui ne soit rattachée au conflit.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Photo prétexte © Fotolia)

Qaher Harhash a 17 ans. Un bon bagage culturel. Il vient d’une famille de la classe moyenne et il a le goût d’entreprendre.

Il a essuyé des tas de refus avant de trouver une agence reconnue, basée à Tel Aviv. Mais il est aujourd’hui un jeune modèle palestinien soutenu par des Israeliens. Qaher Harhash n’est pas un nationnaliste.

Il fait partie de cette jeunesse qui veut s’éloigner du conflit et rêve de s’installer à l’étranger. Là ou son identité de palestinien s’efface derriere sa personnalité, c’est en tout cas ce qu’il a resenti lorsqu’il était à Milan pour demarcher les agences.

Le paradoxe, c’est qu’il à la nationnalité Israelienne, mais qu’il reste Palestinien aux yeux de la societé. Il dit que la vague de violence de ces derniers mois lui a coûté des contrats. Pas possible pour une marque d’être incarnée par un modèle palestinien dans un moment d’extrème tension. Il incarne également cette parti de la jeunesse qui cherche à se construire une vie et une identité en dehors du conflit et des revendications.

(Photo prétexte © Fotolia)