En direct du monde, France info

En Suisse, les ateliers d'écopsychologie se multiplient pour lutter contre les angoisses liées au changement climatique

De plus en plus de personnes suivent des séances, en plein air, d'écopsychologie pour "restaurer le lien à la nature".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une personne marchant pieds nus.
Une personne marchant pieds nus. ( / MAXPPP)

En Suisse romande, les ateliers d'écopsychologie fleurissent un peu partout. Pendant ces séances, les participants hument la rosée ou encore enlacent les arbres d'un parc, les yeux bandés. L'objectif est double, il s'agit de restaurer le lien à la nature et de mieux lutter contre l'angoisse liée à la dégradation de l'environnement.

Pour suivre ces ateliers, il ne faut pas forcément être écologiste, il faut simplement être convaincu de l'urgence climatique et être sensible à la nature. "L'écopsychologie est une mouvance qui vise à faire face à tous les défis écologiques et climatiques qui nous attendent, pour pouvoir traverser toutes les émotions, comme la peur, la culpabilité, le découragement, que ces mauvaises nouvelles engendrent en nous", explique Michel Maxime Egger, sociologue, spécialiste de l'écopsychologie qui explique que "si on détruit la terre de cette manière, c'est que nous avons perdu le lien profond à la nature et à tous les êtres qui l'habitent."

Un retour à l'instinct

Pour se reconnecter à la nature, rien de mieux que de marcher pieds nus et à l'aveugle à la découverte des arbres ou des plantes. Un guide conduit les participants. "C'est assez unique comme expérience, complètement hors du temps. Tout est sensation et découverte. Ce retour à l'instinct est un pur bonheur", explique l'une d'entre elles. Pour un autre, "serein" à la fin de l'exercice, cette session "complète une séance chez le psy".

"On voit de plus en plus d'intérêt de la part du côté des psychothérapeutes qui se disent que dans leur cabinet, ils voient des souffrances en lien avec les dégradations écologiques", raconte le sociologue Michel Maxime Egger, qui assure que "de plus en plus de personnes sont intéressées à se former afin de pouvoir intégrer cela dans leur pratique."

L'écopsychologie peut aussi mener à l'écospiritualité. Tous ces thèmes connaissent un écho très favorable au sein de la Suisse protestante et chrétienne en général. Deux pasteurs ont par exemple participé à l'atelier du jour.

Une personne marchant pieds nus.
Une personne marchant pieds nus. ( / MAXPPP)