En direct du monde, France info

En Hongrie, un artiste s’inspire de Banksy et disperse des petites statues

À Budapest, une vingtaine de statues de bronze sont disséminées dans les rues, réalisées par le sculpteur Mihaly Kolodko.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'artiste Mihaly Kolodko, à côté de l\'une de ses sculptures.
L'artiste Mihaly Kolodko, à côté de l'une de ses sculptures. (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

En Hongrie, un artiste éparpille ses œuvres dans les rues comme sur les quais du Danube : on le surnomme le "Banksy de Budapest". Ce ne sont pas des graffitis, mais des petites statues en bronze. Elles font entre 10 et 15 centimètres de hauteur et représentent des diablotins, des grenouilles, des petites voitures…

L’artiste les installe un peu partout : sur un rempart du Danube par exemple, où il a posé une statuette en forme de ver de terre, joufflu et souriant, auquel des inconnus ont tricoté un bonnet jaune et une écharpe. Sur la colline du château aussi, on voit un lapin malicieux aux oreilles géantes, qui semble observer la ville en contrebas. Ces œuvres sont illégales, car comme Banksy en Angleterre, cet artiste hongrois est un guérillero de l’art urbain, il éparpille ses œuvres dans Budapest sans aucune autorisation.

Inspiré des dessins animés

Mais l’artiste dévoile un peu plus de sa personnalité que son homologue britannique. On connaît son nom déjà : il s’appelle Mihaly Kolodko et a 41 ans. C’est un Hongrois né en Ukraine, où vit une communauté magyare. Il y a vécu jusqu’en 2016, où il s’est installé à Budapest. Dans sa jeunesse, il a été formé à la sculpture monumentale.

À l’époque, les statues immenses étaient une forme de propagande pour le régime communiste. C’est un peu en réaction à cela que Mihaly Kolodko s’est mis à créer des petits formats, des micro-personnages inspirés des dessins animés de son enfance. Dans sa ville natale, en Ukraine, il a mis en place des dizaines de statuettes. À Budapest, on en compte une vingtaine pour l’instant.

La "chasse aux statues"

Mais ces œuvres ne plaisent pas forcément à tout le monde. Sur la place de la Liberté à Budapest, il y a un obélisque dédié aux soldats soviétiques, qui ont libéré la ville en 1945. À côté de ce monument, l’artiste avait sculpté une petite chapka, ce chapeau que portent les Russes en hiver. Un élu nationaliste n’a pas du tout apprécié, il a pris ça pour un hommage au communisme. Il a carrément déboulonné la chapka à coups de hache et l’a jetée dans le Danube.

Mais la plupart des Budapestois adorent ces miniatures. Ils font des selfies, une page Facebook a vu le jour. On y échange des conseils sur la "chasse aux statues". Des amateurs de jogging ont même créé un parcours sportif : ils courent dans la ville en suivant un tracé qui relie une douzaine de statuettes.

L\'artiste Mihaly Kolodko, à côté de l\'une de ses sculptures.
L'artiste Mihaly Kolodko, à côté de l'une de ses sculptures. (ATTILA KISBENEDEK / AFP)