Cet article date de plus de huit ans.

Sous les cheminées, une école

écouter (5min)
Dans son "couloir de la chimie", l'agglomération lyonnaise concentre une douzaine de sites chimiques et industriels. Les risques font partie du quotidien. Comme dans le quartier des Razes, à Feyzin, où l'école primaire Georges-Brassens côtoie la raffinerie Total. Inauguré en 1960, l'établissement accueille 195 enfants répartis dans huit classes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Le groupe scolaire Georges-Brassens, construit dans les années 1960, est installé à 200 m de la raffinerie. Il accueille 195 enfants et depuis la cour de récréation, la vue donne sur les cheminées, les panaches de fumée blanche et la torchère qui brûle en permanence.

Evidemment, c'est un environnement particulier. Le site est l'un des plus exposés en cas d'accident. Mais dans l'école toutes les précautions sont prises. Dans le bureau de la directrice, un téléphone rouge relie directement l'école à la raffinerie et des mesures d'évacuation ou de confinement, parfaitement connues des institutrices, sont prévues en cas de problème.

Bien sûr, il y a parfois les odeurs, qui peuvent piquer la gorge ou donner la nausée, mais enfants et parents du quartier des Razes s'accommodent de cet environnement. Ils sont habitués à vivre avec la raffinerie.

A la rentrée, l'école va déménager, à 400 m à vol d'oiseau de son emplacement actuel. Un bâtiment tout neuf est en construction, en béton armé et parfaitement adapté aux risques, avec un dispositif de confinement et des vitres prévues pour résister aux déflagrations, en cas d'explosion sur le site pétrolier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.