Arena, l'une des pionnières de la natation

Créée il y a plus de 50 ans, la marque de natation Arena élargit désormais sa gamme de produits. La France, pays d'origine de l'enseigne, reste l'un de ses principaux marchés.
Article rédigé par Victor Matet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Le nageur américain Mark Spitz, lors d'une conférence de presse pour la promotion des maillots de bains 'Arena' à Paris le 12 novembre 1973. (MICHEL ARTAULT / GAMMA-RAPHO VIA GETTY IMAGES)

À cette époque-là, les champions nageaient sans lunettes. Nous sommes en 1972, aux Jeux olympiques de Munich, en Allemagne. Dans les tribunes, un certain Horst Dassler, émerveillé par les performances de l'Américain Mark Spitz et ses sept médailles d'or, tient son idée : lancer une marque de vêtements de natation, à commencer par le maillot de bain.

Horst Dassler baigne déjà dans le monde du sport. Il est le fils du fondateur d'Adidas, et dirige d'ailleurs la marque en France. Arena, créée en 1973, est donc à l'origine une enseigne française.

La France, marché historique d'Arena

Aujourd'hui, la marque est italienne, mais jusqu'à l'an dernier, "la France restait le premier marché d'Arena, explique Giuseppe Musciacchio, le directeur général adjoint. Elle est désormais deuxième derrière les Etats-Unis. Mais continue à se développer avec une hausse des ventes de 8% au premier trimestre."

Jusqu'en 2007, la production se faisait en partie en France. Serait-ce encore possible en 2024 ? "Oui, répond Giuseppe Musciacchio. Mais les difficultés pour produire plus en Europe, sont les compétences et la capacité. Ce qui ne permet pas pour l'instant plus d'indépendance vis-à-vis de l'industrie chinoise."

Pas d'alternative aujourd'hui au polyester

Quant à l'écologie, le directeur général adjoint estime que "les tissus techniques à base de polyester restent indispensables pour donner un niveau minimum de performance. Notre priorité pour l'instant est plutôt de travailler sur l'empreinte carbone."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.