Cet article date de plus de sept ans.

Neyret, la peur au ventre

Quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis, c'est le réquisitoire prononcé ce lundi contre Michel Neyret. L’ancien grand flic de Lyon, ex numéro 2 de la PJ, était poursuivi pour corruption et trafic de stupéfiants, devant le tribunal correctionnel de Paris. Neyret, star déchue, apeurée.
Article rédigé par Nathalie Bourrus
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min
  (Michel Neyret lors de son procès à Paris © MaxPPP)

Ce matin, peu avant 9h, le grand hall du Palais de Justice est vide

J’attends

Un petit groupe arrive

Costumes….cravates… des hommes en gris, en noir…avec le verbe haut, pour certains. D’autres, dans les chuchotements

"Alors, t’as vu Libé ? Putain ça cogne !"

Ça, c’est un ancien flic qui parle. 

Le journal Libération , qui, ce mercredi matin, sort une affaire présumée énorme, dans laquelle l’ancien chef des Stups, aurait pris part à un véritable trafic

Michel Neyret arrive

La main dans la mèche

Costume, cravate, et cette main qu’il ne cesse de passer dans cette mèche de cheveux

Il y a toujours du goût et de l’élégance, dans cette longue silhouette d’enquêteur hors pair…

Un homme, qui, enivré par le succès, a fini par basculer de l’autre côté, pour aller fricoter avec des indics, dans des soirées paillettes

Il salut tout ce beau monde…ce monde d’anciens

On entre

À la barre, on appelle comme témoin, un magistrat, qui a bien connu Michel néré

"Il était charismatique…dit-il…c’était un excellent policier. Ses hommes, avant tout, travaillaient pour lui"

Un avocat le relance : "Donc, vous dites pour lui ? Vous dites qu’ils étaient entièrement dévoués ?"

Le magistrat : "Oui, il était le patron. Quand ils leur demandaient quelque chose, ils le faisaient"

Neyret, les yeux clos

Il écoute

Sa femme, venue ces dernières semaines parler d’un homme qui avait fini par aimer l’argent et les filles, regarde dans le vague

Un couple, en plein séisme

La terre a tremblé sous leurs pieds, le jour où Michel Neyret s’est retrouvé les menottes aux poignets

Puis, dans une cellule

Aujourd’hui, "le patron" a peur

"De quoi ?" , lui dis-je, à la sortie de l’audience

"De retourner à la gamelle" (la gamelle, c’est la prison)

"Il y a un glissement dans votre vie. Que s'est il passé?"

"Trop sûr de moi…"

Sa main passe, dans sa mèche

Le regard a perdu de son éclat

"Mais vous savez, j’ai plus rien là..."

Moi : "Ah bon ? Même pas de côté ?"

Encore une fois : la main dans la mèche de cheveux

"Mais bon, j’aime bien la vie, j’ai signé pour un livre, et puis y’aura peut-être un film…je ne sais pas on verra"

Un film… remettre une pellicule…à l’ancienne

Surtout, continuer à tourner une vie

Imaginer, qu’on est toujours... le patron

Même si ça, c’était avant

Un rêve d’un autre Age

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.