Cet article date de plus de six ans.

"C'est ma chance"

écouter (8min)
La 5e Fête de la gastronomie a démarré ce vendredi. Elle dure jusqu’à dimanche. Dans toute la France, des initiatives sont organisées, que ce soit dans des prisons ou dans des centres d'hébergement. A Paris, au centre d'accueil La Mie de Pain, il y a eu un repas gastronomique ce midi. Et des diplômes ont été remis à des personnes en réinsertion. C'était beau.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (© MaxPPP)

Il y a eu des larmes de joie aujourd'hui, à La Mie de Pain.

Depuis 128 ans, ce centre d'accueil, qui fait de l'urgence et de la réinsertion, se bat pour faire vivre, souvent revivre, des êtres en errance.

Alors, quand on leur sert des tartines de saumon et des tartelettes au chocolat, ils en redemandent. Et quite à tenter le coup, réclament du vin.

Une ministre vient les visiter. Ce sera la secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Artisanat. Gentille, toute à son aise, Martine Pinville s'assied à leur table.

La grande chef Anne Sophie Pic, marraine de cette Fête de la gastronomie, passerait presque inaperçue.

Personne ne la connaît, dans ce lieu d'hébergement.

Brindille de nature, elle ne mangera pas, et se fait discrète. D'une voix basse et douce, elle pose des questions sur ces gens, sur leurs conditions de vie.

Mais le grand moment, c'est maintenant.

24 personnes vont devenir des diplomés de la restauration.

Des agents polyvalents. Ils pourront tout faire.

"Ou rien, si on ne se bouge pas de suite ", me confie l'un des lauréats, heureux, et inquiet.  "C'est notre chance, il faut la prendre, et la garder ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.