"Je peux vous dire ce qu'est un parfait bruit de porte" : à la rencontre de Vincent Roussarie, psycho-acousticien de l'automobile

Tout l’été, franceinfo vous fait découvrir des métiers étonnants ou méconnus à travers la chronique "C'est vraiment ton boulot ?". Mercredi 19 juillet : le métier de psycho-acousticien automobile, avec Vincent Roussarie.
Article rédigé par franceinfo, Agathe Mahuet
Radio France
Publié
Temps de lecture : 267 min
Vincent Roussarie, psycho-acousticien. (AGATHE MAHUET / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Il est "l'oreille" de la voiture. Et Vincent Roussarie de glisser : "C'est très important le bruit de portière", en s'installant "dans l'atmosphère feutrée d'une automobile moderne", comme dit ce psycho-acousticien de l'automobile. Son travail ? Rechercher et ajuster les meilleurs sons possibles dans l'habitacle. 

>> Retrouvez tous les épisodes de "C'est vraiment ton boulot ?"
 
"La voiture, c'est le dernier endroit où vous pouvez être tranquille. Vous pouvez tout faire, chanter, etc. C'est un espace de liberté", assure Vincent Roussarie, qui chouchoute depuis 23 ans "l'environnement sonore" des voitures de Stellantis (ex-PSA). Et le confort commence dès que l’on ferme la portière, défend le spécialiste. "Je peux vous dire ce qu’est un parfait bruit de porte. C'est en fait un mélange de trois bruits. Il y a la serrure... schluk... puis le battant... schpoum... et enfin un fffffi... le bruit d’air qui varie selon le joint que vous choisissez. Vous mélangez les trois sons, et vous avez un schonk", détaille Vincent Roussarie.

Un bip retentit alors dans l'habitacle. "Il est situé sur mon oreille gauche, au niveau de l'épaule, donc il me dit 'Tu as oublié de mettre ta ceinture'."

"Aujourd'hui, le son ne part pas de n'importe où. Positionner une source de bruit, c'est lui donner du sens."

Vincent Roussarie, psycho-acousticien de l'automobile

à franceinfo

 
Et des petits bip-bip comme ça, nos voitures ont fini par en accumuler. Les gérer plus intelligemment, c'est aussi ça aussi l’objectif d’un acousticien automobile. "On arrive dans la voiture, on se fait déjà engueuler ! Il faut limiter la gêne que peuvent parfois provoquer toutes ces alertes, tous ces bips parfois un peu agressifs", développe le spécialiste.

Créer le clignotant

Et pour cela, Vincent fait appel à Thibault Zimmerman, designer sonore. C'est lui qui, dans son studio, devant un immense écran et un tout petit piano, crée les sons de vos voitures. Et notamment le clignotant ! "Ça fait beaucoup rire les gens, mais en fait, c'est très compliqué à faire, parce que c'est le son qu'on entend le plus dans la voiture. L'ordinateur envoie séparément les sons : il joue une fois le tic et une fois le tac. Comme ça, si le clignotant cassé, l'ordinateur ne peut jouer que le tic", explique-t-il.

On finit par rentrer dans une autre voiture. Celle-ci est électrique et on y a ajouté une illusion auditive : un bruit d'accélération, alors que le moteur est silencieux. "La voiture électrique, on lui avait retiré le seul son utile : le son du moteur. L'absence totale de retour du moteur est inconfortable dans la maîtrise de la conduire", explique Vincent Roussarie.

"Le confort, ce n'est pas le silence absolu. Essayez de conduire avec des boules Quiès." 

Vincent Roussarie, psycho-acousticien

à franceinfo

Vous n'écouterez donc plus votre voiture comme avant... 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.