Présidentielle 2022 : les influenceurs entrent en campagne

écouter

De Magali Berdah à EnjoyPhénix, les influenceurs se piquent désormais de politique. Et les candidats à la présidentielle entrent dans leur jeu, soucieux de capter la jeunesse qui s’est détournée des médias traditionnels. Mais cette tendance de communication profite-t-elle au débat politique ?

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les logos des applications Instagram et Tik Tok.  (FABIAN SOMMER / DPA)

Ils s'appellent EnjoyPhénix, Gaspard G, Thibault In Shape, Magali Berdah ou MyBetterSelf, ils ont des milliers parfois plus d'un million d'abonnés à leurs comptes instagram ou leur chaîne Youtube et désormais ils se piquent de politique. Les influenceurs ont débarqué dans la campagne présidentielle, en ambassadeurs de la jeunesse qui n'est plus captive des médias traditionnels. Sur le modèle de leurs homologues américains ou italiens, Emmanuel Macron et son gouvernement ont compris tout l'intérêt d'apparaître à leurs côtés et mulitplient les lives, les émissions et les défis sur internet.

Confrontés à la menace de l'abstention, les candidats à la présidentielle investissent des espaces médiatiques nouveaux, procurant de fait aux influenceurs un rôle, une responsabilité dans le débat politique.

Quand les candidats à la présidentielle disent oui à une YouTubeuse

Parmi les influenceurs dont le milieu politique parle beaucoup en ce moment, il y a Magali Berdah. Cette agente de stars de la téléréalité s’est fait connaître du grand public pour ses apparitions sur le plateau de Cyril Hanouna sur C8. Pour sa chaîne Youtube, elle a décidé de passer 24 heures avec les candidats à l'élection présidentielle. Les épisodes avec Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon ont déjà été diffusés et vus des centaines de milliers de fois.

Fedez, un influenceur qui fait trembler la classe politique italienne

Cette stratégie assumée d'intégrer les influenceurs dans la communication politique est directement inspirée des Etats-Unis. Mais en Italie, c'est carrément un influenceur qui s'invite en tant que tel dans le débat politique. L'année dernière, à l'occasion d'un débat parlementaire sur une loi contre les violences et discriminations sexuelles, de genre ou de handicap, le rappeur et poids-lourd des réseaux sociaux Fedez s'est positionné en relai du camp du oui. Il a pris la parole en interviewant le député du Parti démocratique Alessandro Zan, auteur du projet de loi, dans un live Instagram. Avec sa femme Chiara Ferragni, Fedez rassemble plus de 37 millions de fans. Ils ont même une série qui les suit au quotidien sur Amazon Prime, sur le modèle de la famille Kardashian. Et Fedez fait trembler l'Italie parce qu'il déposé le nom du domaine fedezelezioni2023.it en vue des élections législatives de 2023. Le journal italien La Stampa a posé la question à sa une : assiste-ton à un nouveau feuilleton dans l'histoire du populisme : le parti de Fedez ? Certains y voient aussi un coup de pub pour la sortie de son prochain album.

Pour l'info en plus de cet épisode, Gaspard Gantzer évoque la future composition de l'équipe du candidat Macron. Et pour cet épisode, l'invité de "C'est tout com'" est Philippe Moreau-Chevrolet, président de MCBG Conseil. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.