Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron ne veut pas participer aux débats du premier tour

écouter (5min)

Alors que tous les médias sont déjà en train d'organiser les débats du premier tour de l'élection présidentielle, l'entourage d'Emmanuel Macron a fait savoir qu'il n'y participerait pas. Peut-on refuser de débattre quand on est candidat à sa réélection ?

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron durant un débat avant le premier tour de la présidentielle de 2017 sur BFMTV et Cnews, le 4 avril 2017. Photo d'illustration. (LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP)

Bien qu'il n'ait pas déclaré officiellement sa candidature à la présidentielle, l'entourage d'Emmanuel Macron a fait savoir aux responsables de chaines, aux journalistes, qu'à ce stade il ne souhaitait pas participer aux débats du 1er tour. Pourtant, il y a cinq ans, ses prestations avaient servi à renforcer sa crédibilité alors qu'il débarquait sur la scène politique.

Qu'est ce que ces deux débats de 2017, organisés pour la prmière fois avant le 1er tour, avaient changé à la campagne ?

Gaspard Gantzer : Ils témoignaient déjà d'une forme d'américanisation de la vie politique avec une plus grande place donnée au clash et à la confrontation et il y avait eu deux vainqueurs dans ces débats du premier tour. Tout d'abord, Emmanuel Macron qui avait montré qu'il avait la stature pour faire le job de président de la République et être capable d'affronter ses adversaires et puis aussi Jean-Luc Mélenchon, qui était assez bas dans les sondages au début de la séquence des débats et avait progressé jusqu'à près de 20%, grâce à ses bonnes performances à la télévision.

Est-ce qu'il est possible, quand on est candidat à la présidentielle, alors que tous les médias sont en train de les organiser, de refuser ces futurs débats ?

C'est toujours possible, il n'y a pas d'obligation constitutionnelle ou légale de participer à ces débats, mais on peut imaginer qu'Emmanuel Macron pourra avancer l'argument suivant : je suis président, le Covid-19 menace, j'ai la présidence française de l'Union Européenne et aucun président sortant ne s'est jamais retrouvé dans cette situation. Ce qui est vrai. Mais je pense que ces arguments pèseront peu de poids face à la pression politique et médiatique.

Est-ce que les candidats jouent gros dans ces rendez-vous ? Est-ce qu'une victoire peut se jouer dans un débat TV ?

C'est difficile de le prouver parce qu'il a beaucoup d'ingrédients dans une victoire politique, surtout à la présidentielle mais les débats avaient été décisifs en 2017 et Emmanuel Macron avait notamment gagné parce qu'il avait été très bon notamment pendant le débat du second tour. Cette fois, il a une position très différente, il est le favori de l'élection, il est le Président sortant et on peut imaginer que ce sera lui la cible d'un débat de premier tour, s'il a lieu avec lui, la dernière fois c'était François Fillon attaqué par Philippe Poutou et il avait payé très cher cette séquence, Emmanuel Macron ne veut pas vivre la même situation.

Cette année, tous les médias sont sur les rangs pour organiser les débats, explique Laetitia Krupa et réfléchissent à leur format, si certains parient sur un rendez-vous avec les cinq premiers candidats des sondages, d'autres espèrent élargir à tous les candidats mais en fonction de leur nombre définitif et de leur volonté ou non de participer, les réglages se feront à la dernière minute.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.