Cet article date de plus de dix ans.

Churchill et Gandhi, nouveaux modèles des managers

Winston Churchill, Steve Jobs et le Mahatma Gandhi, ce sont les personnalités les plus admirées par les dirigeants d'entreprises, selon une étude menée par le cabinet PriceWaterhouseCoopers (PwC) auprès de plus de 1.300 dirigeants du monde entier. En France, le tiercé de tête est Churchill, De Gaulle et Jack Welch, l'ancien patron de General Electric.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Churchill, Steve Jobs, Gandhi, Mandela, Jack Welch, Abraham Lincoln, Margaret Thatcher, Ronald Reagan, John F. Kennedy, Bonaparte et Bill Clinton, ce sont les personnalités les plus admirées par les chefs d'entreprises, selon le cabinet PwC.

Selon Laurent Acharian, senior manager chez PwC auteur
du livre Les Cent jours des
dirigeants
, l'état de grâce existe-t-il ? (Les Belles Lettres) : " 60% des
dirigeants ont choisi un homme politique d'après guerre ou un commandant
militaire. Ce n'est pas anodin dans ce contexte de crise économique qui pousse
chacun dans ses retranchements et renvoie à des périodes difficiles qui
nécessitent des hommes capables de prendre des décisions. Dans une situation
tendue, les dirigeants choisissent pour modèles des leaders qui ont fait preuve
de persévérance face à l'adversité et  conduire des  changements
importants "

Anne Vermès, auteur de "Piloter un projet comme Eiffel", "Motiver comme Nicolas Fouquet" et "Entreprendre comme les frères Lumière", qui viennent de paraître chez Eyrolles, estime que Churchill incarne "le courage, l'intégrité et l'imagination".

Vous vous croyez sressés ? Regardez les Anglais et les Belges

Deux sondages qui vont nous consoler, nous salariés français qui nous croyons souvent si malheureux au travail... Les Anglais d'abord : ils ont peut-être Churchill, mais ils sont un sur deux à se sentir menacés par leur chef. C'est surtout vrai dans la fonction publique... et dans le commerce de détail. L'étude parle de manque chronique de reconnaissance du travail des salariés et de managers qui ne renvoient jamais de signaux positifs.
Les Belges ne sont pas mieux lotis : plus de 40% d'entre eux se disent "émotionnellement épuisés" et un quart pourraient être menacés par le burn out. On se console comme on peut...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.