C'est ma planète, France info

C'est ma planète. EuropaCity, le projet de centre commercial au nord de Paris divise

Le projet de construction du centre commercial EuropaCity, dans le Val-d'Oise, a été validé lundi par le conseil municipal de Gonesse. Les défenseurs de l'environnement protestent et des doutes subsistent sur les retombées commerciales du projet. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des manifestants lors d\'une manifestation contre le projet de centre commercial EuropaCity à Gonesse (Val-d\'Oise), en mai 2017.
Des manifestants lors d'une manifestation contre le projet de centre commercial EuropaCity à Gonesse (Val-d'Oise), en mai 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le conseil municipal de Gonesse (Val-d'Oise) a adopté, lundi 25 septembre, la construction du centre commercial nouvelle génération EuropaCity, malgré les nombreuses critiques qu'il soulève. Le projet doit regrouper des hôtels, des salles de concert et de spectacle, un parc aquatique, une piste de ski et des boutiques (sur un tiers de sa surface) d'ici à 2024 au nord de Paris. 

Plus de trois milliards d'euros d'investissements

Selon les porteurs du projet, le centre commercial proposera une véritable expérience. Les clients n'iront pas dans un centre commercial mais vers une destination loisirs. Ils n'iront pas faire leurs courses mais vivre une expérience unique au monde. Pour proposer cette expérience, Auchan et un conglomérat chinois vont investir plus de 3 milliards d'euros. Les travaux doivent commencer en 2020 au milieu de ce que l'on appelle "le triangle de Gonesse" : entre l'A1, l'aéroport du Bourget et celui de Roissy-Charles de Gaulle. 

Problème : le lieu d'implantation du projet comporte 600 hectares de terres cultivables. C'est pourquoi des agriculteurs bio ou des réseaux comme les associations pour le maintien de l'agriculture paysanne (Amap) trouvent qu'il est dommage d'urbaniser cet espace alors qu'il y a une telle demande en produits bio, notamment de la part des consommateurs à Paris.

Un projet revu face au mécontentement 

Face à cette grogne, les concepteurs du projet ont revu leur copie, annoncent-ils mercredi 27 septembre. Ce n'est pas non plus une remise en cause fondamentale du projet puisqu'il s'agit de passer d'un bâtiment unique à un mini quartier sur 80 hectares avec un nouveau centre culturel du 7e art, qui ne sera pas un vulgaire multiplexe, selon eux. Le projet est encore à construire. D'ailleurs, les porteurs de projet vont lancer un concours d'architecture pour huit bâtiments du projet, afin de pousser à l'innovation.

Le groupe Auchan rappelle aussi que le projet va attirer 40 millions de recettes fiscales aux communes avoisinantes et qu'il créera plus de 10 000 emplois. L'argument est répétée en boucle par le maire de Gonesse qui a fait valider en conseil municipal lundi soir le déclassement des terres agricoles pour qu'elles deviennent constructibles.

Des doutes sur les retombées commerciales

Les écologistes ne sont pas les seuls à s'élever contre le centre commercial. Dans son rapport, le commissaire enquêteur du projet se demandait si les estimations de fréquentation et de retombées commerciales ne seraient pas surévaluées puisqu'EuropaCity n'est pas loin de Disneyland, du Parc Astérix ou encore de centre commerciaux comme Aéroville ou O'parinor.

Enfin, il faut prendre en compte l'épineuse question des accès au site. Si c'est avec sa voiture et par une autoroute déjà bien saturée, ce ne sera pas bon pour le climat. Tout dépend alors de la création d'une gare au "triangle de Gonesse", sur la future ligne 17 du grand Paris. Cette gare est encore incertaine dans le tracé et c'est carrément Emmanuel Macron qui pourrait l'annoncer fin octobre.

Des manifestants lors d\'une manifestation contre le projet de centre commercial EuropaCity à Gonesse (Val-d\'Oise), en mai 2017.
Des manifestants lors d'une manifestation contre le projet de centre commercial EuropaCity à Gonesse (Val-d'Oise), en mai 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)