Cet article date de plus de deux ans.

Sabine Roux de Bézieux, personnalité de l'année 2021 pour le réseau Wista International

Rencontre avec la présidente de la Fondation de la Mer, Sabine Roux de Bézieux, élue femme de l'année 2021 par le réseau Wista International.

Article rédigé par France Info - Catherine Pottier
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la Mer sur le compte Twitter de HLD Méditerranée. (CAPTURE D'ECRAN)

Sabine Roux de Bézieux, la présidente de la Fondation de la mer, a été désignée personnalité de l'année 2021 par le réseau Wista International, qui récompense chaque année une personnalité qui oeuvre dans le secteur maritime. Ce réseau est composée de femmes qui occupent toutes des postes à responsabilité dans le milieu maritime et c'est la première fois qu'une Française est distinguée.

Réconcilier économie et écologie

Sabine Roux de Bézieux est à la tête de la Fondation de la Mer depuis 2015. Cet organisme s'est donné pour mission de favoriser l'étude des océans, diffuser la connaissance, promouvoir le débat public et encourager l'innovation pour la protection des océans.

La présidente de la fondation, autrefois femme d'affaires et cheffe d'entreprise, est intimement convaincue que l'océan est l'affaire de tous et qu'il faut absolument le placer au coeur du débat public et du monde de l'entreprise justement. "Il faut réconcilier l'écologie et l'économie", dit-elle. Pour cela, la fondation a créé un label international à destination des entreprises baptisé "Ocean approved", qui vise à identifier les impacts de l'entreprise sur l'océan avec l'ambition de les réduire voire de les annuler.

Sabine Roux de Bézieux reconnaît qu'il faut encore batailler pour convaincre les entreprises de l'utilité de cet engagement. "Les entreprises du maritime commencent timidement à s'intéresser au label", reconnaît-elle. C'est le cas aussi de chefs d'entreprises passionnés de mer qui voient très bien que l'océan est de plus en plus menacé par la pollution et le réchauffement climatique. Ce label touche aussi des patrons plus stratèges ou plus visionnaires qui ont tout à fait intégré les liens entre l'océan et le dérèglement climatique, l'économie circulaire ou la biodiversité.

"Il faut mettre de l'eau salée dans tous les programmes scolaires."

Sabine Roux de Bézieux

à franceinfo

Les déchets microplastiques sont aujourd'hui la menace la plus lourde qui pèse sur l'océan. Ces particules, dont la taille est inférieure à 5 millimètres, se retrouvent dans l'eau et sur le littoral et sont ingérés par les poissons, les mammifères marins mais aussi les oiseaux de mer. "La priorité est de faire appliquer les règles", insiste la présidente de la Fondation de la Mer, mais il faut aussi éduquer et sensibiliser les plus jeunes. "Il faut ancrer l'océan dans tous les esprits dès le plus jeune âge", dit-elle. L'Éducation nationale a déjà des programmes autour du développement durable, mais Sabine Roux de Bézieux estiment qu'il faut aller encore plus loin et que toutes les matières soient un prétexte pour parler de l'océan, que ce soit dans les sciences et vie de la Terre, les arts plastiques, la géographie, l'histoire ou la littérature.

2022, une année importante pour l'océan

Sabine Roux de Bézieux reconnaît qu'elle a été déçue par les résultats de la COP26. "On attendait beaucoup plus d'engagements de la part de nos dirigeants", dit-elle.

L'année 2022 sera riche en rendez-vous pour tenter de faire évoluer les choses.
Il y aura d'abord le One Ocean Summit de février , voulu par Emmanuel Macron.
La présidente de la Fondation de la Mer met aussi beaucoup d'espoir dans le projet de traité mondial sur le plastique car d'après les projections, la pollution plastique dans les océans devrait tripler d'ici à 2040.

À cela s'ajoutent les négociations de l'ONU sur la haute mer, qui représente 64% de la surface de la planète ainsi que la conférence des Nations-Unies sur les océans, prévue à Lisbonne du 27 juin au 1er juillet 2022. Alors que la France prend la présidence tournante de l'Union européenne en ce premier semestre 2022, Sabine Roux de Bézieux lance un appel aux politiques : "Il faut que les États et les gouvernements prennent leurs responsabilités".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.