8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Jean-Louis Debré reproche au parti Les Républicains d'"aller faire des mamours à l'extrême droite"

L'ex-président du Conseil constitutionnel, invité vendredi de franceinfo, a dit s'inquiéter du positionnement du parti LR, vis-à-vis de l'extrême droite. "Un jour, on finira par préférer l'original à la copie", a-t-il déclaré. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Louis Debré, ancien ministre de l\'Intérieur, ex-président du Conseil constitutionnel, invité le 8 décembre 2017 de franceinfo.
Jean-Louis Debré, ancien ministre de l'Intérieur, ex-président du Conseil constitutionnel, invité le 8 décembre 2017 de franceinfo. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel et fidèle de Jacques Chirac, invité vendredi 8 décembre de franceinfo, a déclaré s'inquiéter du "positionnement" du parti Les Républicains, vis-à-vis de l'extrême droite. "À force d'aller faire des mamours à l'extrême droite, un jour on finira par préférer l’original à la copie."  

"Je n'ai jamais été membre des Républicains", a rappelé Jean-Louis Debré, ancien membre du RPR et de l'UMP. Il "n'ira donc pas voter dimanche", pour le premier tour de l'élection du président LR, par les militants. "Je suis gaulliste, je n'ai pas envie de m’engager dans un parti politique qui ne correspond pas à ce que je souhaite et qui a un positionnement qui m'inquiète à bien des égards", a-t-il déclaré. Jean-Louis Debré voudrait que "la droite, en dehors des partis politiques, réfléchisse à ce qu'elle va proposer aux Français, avant de choisir un chef de parti, etc..."

Présent à l'hommage rendu à Johnny Hallyday

Jean-Louis Debré a appelé à l'unité à l'occasion de l'hommage fait à Johnny Hallyday, décédé mercredi : "Soyons rassemblés, ne cherchons pas à critiquer. C'est un moment d'unanimité. Soyons heureux de rendre cet hommage", a-t-il déclaré en indiquant qu'il y participerait lui-même, samedi avec ses enfants. "Un peuple doit honorer celles et ceux qui l'ont servi et Johnny a bien servi l'image de la France", a-t-il poursuivi. 

Il a tenu à associer la disparition de Johnny Hallyday à celle de Jean d'Ormesson, décédé mardi. Deux hommes, qui ont un point commun, estime-t-il. "Quand je vois Johnny et Jean d'Ormesson, je pense à cette phrase du philosophe Alain, le pessimisme est d'humeur, l'optimisme de volonté. Voilà deux hommes qui dans leur domaine ont montré une espèce de volonté jusqu'à la fin", a-t-il déclaré. 

Jean-Louis Debré a confié qu'il utilisait des chansons de Johnny Hallyday comme sonneries de téléphone, pour ses enfants. En revanche, "pour les leaders politiques, il a confié "avoir récemment mis la musique du film 'Les Tontons flingueurs'". 

Regardez l'intégralité de l'entretien de Jean-Louis Debré sur franceinfo le 8 décembre 2018.

 

RADIO FRANCE

Jean-Louis Debré, ancien ministre de l\'Intérieur, ex-président du Conseil constitutionnel, invité le 8 décembre 2017 de franceinfo.
Jean-Louis Debré, ancien ministre de l'Intérieur, ex-président du Conseil constitutionnel, invité le 8 décembre 2017 de franceinfo. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)