Naufrage du Joola : vestiges du drame oublié

Publié
Naufrage du Joola : vestiges du drame oublié
Article rédigé par
L. Feuerstein, C. Cuello, N. Bensmail, E. Bonnasse, E. Martin, E. Savin, A. Boulet - France 2
France Télévisions

C’est un document inédit, 20 ans après le naufrage de Joola, qui avait fait près de 1 900 morts et disparus au large du Sénégal. Douze nationalités avaient été touchées, notamment 19 Français. Les familles de victimes, aujourd’hui encore, crient à l’injustice et poursuivent leur quête de vérité.

Ce sont des images inédites. Voici le Joola, un sarcophage d’acier, rongé par la rouille. Le ferry qui a coulé avec 1 800 personnes à bord, bien plus que le Titanic, repose désormais sur du sable, à 20 mètres de profondeur. Ses hélices sont toujours bien visibles. Certains hublots sont encore ouverts. Plus loin dans ce chaos, des véhicules sont retournés. Mais il y a aussi ces vêtements coincés dans une poutre, comme cette chemise à carreaux. Des bracelets, des bijoux féminins, ainsi que de nombreux ossements.

La question des ossements présents dans l’épave reste sans réponse

Cette exploration exceptionnelle a été réalisée par une équipe franco-sénégalaise. Elle a profondément marqué ce plongeur. "Il y avait des gens qui tapaient dans la coque, qui étaient encore en vie. Les secours arrivent, ils n’ont pas de moyens techniques pour les sortir, donc ils les ont entendus mourir", raconte Marc Langleur, plongeur spécialiste des épaves.Le Joola a été filmé quelques heures avant son naufrage. Selon Alain Verschatse, président de l’Association des familles de victimes du Joola, le bateau, déjà vieillissant, n’aurait jamais dû prendre la mer. La maintenance n’était plus assurée par l’armée, et la surcharge trop importante. Un grand mémorial, actuellement en construction sur place, devrait accueillir les objets remontés par l’équipe franco-sénégalaise. La question délicate des ossements présents dans l’épave reste toujours sans réponse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.