Morbihan : la municipalité subventionne le ravalement en couleurs des maisons de ses habitants

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
À Lanester (Morbihan), la mairie offre une subvention aux habitants pour qu’ils colorent la façade de leur maison. Un coup de peinture qui a transformé la commune, en donnant notamment une nouvelle vie à des constructions de l’après-guerre. -
Morbihan : la municipalité subventionne le ravalement en couleurs des maisons de ses habitants À Lanester (Morbihan), la mairie offre une subvention aux habitants pour qu’ils colorent la façade de leur maison. Un coup de peinture qui a transformé la commune, en donnant notamment une nouvelle vie à des constructions de l’après-guerre. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - F.Bouquillat, S.Salliou, S.Izad, L.Hauville
France Télévisions
France 2
À Lanester (Morbihan), la mairie offre une subvention aux habitants pour qu’ils colorent la façade de leur maison. Un coup de peinture qui a transformé la commune, en donnant notamment une nouvelle vie à des constructions de l’après-guerre.

Comment réchauffer l’atmosphère plutôt grise de la petite ville de Lanester (Morbihan) ? En habillant ses habitations de couleurs joyeuses. Parme, bleu céleste, jaune, depuis l’an dernier, les façades se parent de nouvelles teintes. "Vivre dans une maison qui pète un peu, qui n’est pas terne, triste, c’est bien", affirme une habitante. Pour égayer la ville, largement détruite durant la Seconde Guerre mondiale, la municipalité participe financièrement à ce ravalement en couleurs. Une subvention va de 6% à 12% de la facture.

Une centaine de maisons revalorisées

Pour offrir une harmonie colorée à la ville, une architecte est à la disposition des habitants pour les conseiller. "(...) Il faut savoir jouer avec plusieurs couleurs, jouer avec les contrastes de façon à vraiment mettre en valeur ces patrimoines", explique Jade Foucher, architecte Conseil pour la ville de Lanester. Une centaine de maisons ont déjà été ainsi revalorisées et les logements sociaux ne sont pas oubliés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.