Vers une revanche de l'UMP à Strasbourg ?

JOURNAL DES MUNICIPALES | Roland Ries semble avoir perdu son avance sur sa rivale Fabienne Keller. Un récent sondage montre qu'ils sont désormais à 50% d'intentions de vote en cas de duel au second tour. Mais les deux candidats ne sont pas seuls dans la course. Chaque camp a ses propres concurrents (EELV pour le PS et UDI pour l'UMP). De son côté, le Front national, crédité de plus de 10% des voix, pourrait bien provoquer une triangulaire dans la capitale alsacienne.

(Maxppp)

Fabienne Keller va-t-elle reprendre le siège qu'elle avait
laissé à Roland Ries en 2008 ? La dynamique semble en tout cas être du côté de
la candidate UMP face au socialiste.

Alors que les sondages donnaient le maire
sortant en tête des intentions de votes, les deux adversaires font désormais jeu
égal en cas de duel au second tour, d'après une étude CSA pour Le Figaro , BFMTV
et Orange publié la semaine dernière. Et c'est Fabienne Keller qui arriverait
en tête au premier tour avec 32% des intentions de votes contre 29% pour Roland
Ries.

"Passivité" contre "agressivité"

Signe que l'UMP considère Strasbourg comme une ville
"prenable", sa candidate a reçu le soutien mercredi dernier de
Jean-François Copé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin. Lors de son
meeting, Fabienne Keller s'est évertuée à attaquer Roland Ries sur sa passivité
dans la gestion de la capitale alsacienne.

De son côté, Roland Ries mise sur la constance et son bilan.
D'après le sondage CSA, 54% des Strasbourgeois sont plutôt satisfaits du mandat
du maire sortant. Le socialiste attaque donc sa rivale UMP sur son agressivité.

A qui sera le plus centriste

La bataille de Strasbourg se joue donc au centre... même pour
le Front national. Le candidat Rassemblement Bleu Marine est d'ailleurs un
ancien centriste. Jean-Luc Schaffhauser joue l'équilibriste et espère décrocher
un ticket pour le second tour et provoquer une triangulaire. Il est pour
l'instant crédité de 11% des intentions de votes.

L'enjeu pour le PS et l'UMP sera aussi de fédérer leurs
camps en vue du second tour. A gauche, l'écologiste Alain Jund pointe à 9% des
intentions de votes au premier tour. A droite l'UDI François Loos arriverait en
quatrième position avec 7% des voix.