Cet article date de plus d'onze ans.

Valls confirme l'abrogation de la circulaire sur les étudiants étrangers

Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a confirmé, jeudi 31 mai, l'abrogation de la circulaire sur les étudiants étrangers qui restreint la possibilité pour les étudiants étrangers diplômés de travailler en France.
Article rédigé par Francetv 2012
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Manuel Valls quitte l'Elysée, le 30 mai 2012. (AFP - Fred Dufour)

Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a confirmé, jeudi 31 mai, l'abrogation de la circulaire sur les étudiants étrangers qui restreint la possibilité pour les étudiants étrangers diplômés de travailler en France.

Un an jour pour jour après la publication de sa dernière version, la circulaire sur les étudiants étrangers vit ses dernières heures.

Invité jeudi matin sur BFMTV, Manuel Valls a confirmé qu'elle serait "abrogée probablement dans les heures qui viennent" et remplacé par un nouveau texte dans les prochains jours.

Promesse de campagne de Hollande

Dès son entrée en vigueur, la circulaire avait déclenché une vague de protestation. Une pétition, qui compte près de 35.800 signatures au 31 mai 2012, avait même été lancée sous le titre : "L'université est universelle : notre matière grise est de toutes les couleurs !".

Ses détracteurs lui reprochaient de véhiculer une idée aussi "mensongère que dangereuse" en disant que "l'embauche d'un étranger prend l'emploi d'un citoyen français". Selon eux à l'inverse : "Les étudiants étrangers ne sont pas une menace pour la France, ils sont une chance".

Le candidat de l'époque, François Hollande, qui partageait l'analyse, en avait fait l'une des promesses de sa campagne.

Nouveau texte en préparation

Le ministre de l'intérieur a indiqué qu'une concertation avec les présidents d'université et les responsables des grandes écoles, ainsi qu'avec les associations avait eu lieu pour préparer une nouvelle circulaire qui "permette aux étudiants de ne plus être dans cette insécurité à quelques mois de la rentrée universitaire".

Il doit être publié "dans les prochains jours" avec pour objectif "d'aiguiller les préfets" avait expliqué mercredi soir le président de l'organisation étudiante Fage, Philippe Loup. Parmi ces points, l'interdiction d'expulser des étudiants dont le titre de séjour provisoire a expiré et la réduction des délais d'instruction des dossiers par les préfectures.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.