Cet article date de plus d'onze ans.

Selon le magazine américain Time, Nicolas Sarkozy aura du mal à tirer profit du drame de Toulouse

Le Time du 2 avril fait sa Une en titrant "Adieu ?", avec en fond le profil de Nicolas Sarkozy. Selon le correspondant du magazine américain, Bruce Crumley, le président-candidat ne pourra pas tirer profit du drame de Toulouse. Sauf à être un génie.
Article rédigé par Adrian Buffel
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La Une du Time (DR)

Le Time du 2 avril fait sa Une en titrant "Adieu ?", avec en fond le profil de Nicolas Sarkozy. Selon le correspondant du magazine américain, Bruce Crumley, le président-candidat ne pourra pas tirer profit du drame de Toulouse. Sauf à être un génie.

"Adieu ?" Nicolas Sarkozy de profil, tout sourire, sur fond noir. Le titre est évocateur, la couverture brute. Un article du magazine américain Time du 2 avril affirme que les évènements de Toulouse n'empêcheront pas une défaite du président-sortant.

Le correspondant du Time à Paris, Bruce Crumley, ajoute en sous-titre : "Nicolas Sarkozy face à la perspective de devenir le président d'un seul mandat".

Selon le journaliste, "les sondages suggèrent que Nicolas Sarkozy pourrait perdre la présidence de la France". D'où l'interrogation de l'auteur : "comment un homme d'Etat respecté se retrouve sur le point de subir une défaite à domicile ?"

Stature internationale

L'article débute sur l'incident de Bayonne où, hué et insulté, le président-candidat s'est retrouvé contraint de se réfugier dans un bar. Pour le Time, "ce n'est pas du tout ainsi que le président français espérait que sa candidature à sa réélection se déroulerait".

Pourtant, les succès internationaux du président sont nombreux, rappelle le Time. Le candidat de l'UMP a mené une coalition de l'OTAN pour intervenir en Libye. Il a été le "fer de lance" du sauvetage coordonné des banques en Europe, en réponse à la crise financière née dès 2008.

Et plus récemment, il a tout fait pour persuader, en partenariat avec Angela Merkel, les dirigeants européens de financer le sauvetage des pays de la zone euro en faillite, submergés par l'ampleur de leur dette. Alors pourquoi les sondages montrent ce "chef respecté" en mal de popularité, face à un socialiste qui n'a jamais eu de responsabilité nationale, s'interroge le magazine ?

"Avantage au conducteur de scooter"

"C'est l'économie, imbécile", répond le journaliste, Bruce Crumley.

Les Français blâment le président-sortant pour avoir contribué à l'augmentation de la dette du pays. Selon Bruce Crumley, cette colère a atteint son point d'orgue lorsque la note de la France a été abaissée par Standard & Poor's.

Selon le Time, la cote de popularité du président est d'autant plus difficile à gérer que sa réputation de "président des riches" lui colle à la peau. De fait, les électeurs français pourraient être tentés de faire le choix d'un président capable de "ressentir leur peine". "Avantage pour le conducteur de scooter", François Hollande donc.

Pourtant, le drame de Toulouse pourrait jouer en la faveur de Nicolas Sarkozy qui s'est fait le champion de la lutte contre la délinquance puis contre l'immigration illégale, au risque de s'attirer les critiques.

"L'homme politique français le plus talentueux de sa génération" ?

Selon le Time, Nicolas Sarkozy veut tenter de refaire 2007 en séduisant les électeurs du Front national par des mesures protectionnistes face à ce qu'il considère être de la "concurrence déloyale" venant des Etats-Unis ou d'Asie et par la menace de renégocier les accords de Schengen. Ce message a trouvé un écho : le président-sortant a promis de réduire drastiquement l'immigration parce qu'"il y a trop d'étrangers en France".

Cette stratégie pourrait être d'autant plus efficace que le candidat de l'UMP a renforcé son image de leader fort face aux crises, après les évènements de Toulouse, analyse le journaliste. Mais inversement, le drame pourrait aussi relancer l'idée selon laquelle la stigmatisation des minorités par le Front national et Nicolas Sarkozy ont accentué les divisions sociales.

Or, quelle que soit l'impact de la tuerie de Toulouse, "il est visiblement trop tard pour Sarkozy", sauf à imaginer un "retour en force" du président-candidat dans la campagne, ce qui ferait de lui "l'homme politique français le plus talentueux de sa génération".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.