Cet article date de plus d'onze ans.

Selon l'Ifop, la cote d'approbation de l'action de Nicolas Sarkozy perd trois points à 31%

L'étude Paris Match-Ifop, à paraître jeudi, souligne que l'une des plus fortes hausses de la désapprobation se mesure auprès des sympathisants du Front National (80%, soit +21 points en un mois).En revanche, la cote d'approbation du Premier ministre François Fillon reste stable à 51%.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy (AFP/Tal Cohen)

L'étude Paris Match-Ifop, à paraître jeudi, souligne que l'une des plus fortes hausses de la désapprobation se mesure auprès des sympathisants du Front National (80%, soit +21 points en un mois).

En revanche, la cote d'approbation du Premier ministre François Fillon reste stable à 51%.

A la question "approuvez-vous ou désapprouvez-vous l'action de Nicolas Sarkozy comme président de la République ?", 69% (+4) des personnes interrogées répondent par la négative, contre 31% seulement qui approuvent son action, soit le plus mauvais score du chef de l'Etat depuis son élection en mai 2007.

Les sondés ne sont plus que 57% (-8) à considérer qu'il "défend bien les intérêts de la France à l'étranger", 44% (-3) qu'il mène "une politique efficace contre l'insécurité" et 44% (-2), également, qu'il est "capable de réformer le pays".

La cote de Fillon reste stable
L'appréciation de la capacité du Premier ministre à "bien diriger l'action du gouvernement" est en revanche en forte baisse, avec 58% de réponses positives, soit sept points de moins que lors de la précédente enquête, en février.

58% (+3) des personnes interrogées, également, considèrent que François Fillon est "un homme de dialogue" et 52% (+1) qu'il est "sensible aux préoccupations des Français".

Selon l'Ifop, le recul de Nicolas Sarkozy ne semble pas profiter directement à l'opposition, seuls 39% des Français estimant qu'elle ferait mieux que le gouvernement actuel si elle était au pouvoir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.