Cet article date de plus d'onze ans.

Ségolène Royal désignée seule candidate à La Rochelle par le Bureau national du PS

Le Bureau national du Parti socialiste a fait de Ségolène Royal la seule candidate socialiste dans la circonscription de La Rochelle, a affirmé mardi le secrétaire national aux élections, Christophe Borgel.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La présidente de Poitou-Charentes, Ségolène Royal, au siège du parti socialiste à Paris, le 22 septembre 2011. (AFP - Joël Saget)

Le Bureau national du Parti socialiste a fait de Ségolène Royal la seule candidate socialiste dans la circonscription de La Rochelle, a affirmé mardi le secrétaire national aux élections, Christophe Borgel.

Le secrétaire national aux élections, Christophe Borgel, a affirmé mardi à la presse que Ségolène Royal sera la seule candidate du Parti socialiste dans la première circonscription de Charente-Maritime.

Après cette décision, Mme Royal a dit : "l'heure est désormais à l'union".

"Il y a eu unanimité du Bureau national (du PS)" pour dire que "la première circonscription de Charente-Maritime était fléchée pour la candidature de  Ségolène Royal ", a précisé M. Borgel, à l'issue de la réunion, qui avait pour objet de valider quelque 900 candidatures.

Mme Royal avait fait part de son intention de se présenter dans cette circonscription réservée par le parti à une candidature féminine dans le cadre d'un objectif de parité. Mais deux autres candidates s'étaient fait connaître : Patricia Friou, conseillère municipale et générale (dont le suppléant n'est autre que le premier fédéral du PS dans le département, Olivier Falorni, qui  briguait lui aussi l'investiture....) et la conseillère municipale de La Rochelle Nanou Jaumouillié.

"L'heure est désormais à l'union"

Autrement dit, il n'y aura pas de "primaire" locale le 1er décembre : à cette date et pour cette circonscription, il n'y aura pas de vote des militants de la fédération, alors que dans 90 % des autres circonscriptions, un vote devra départager les candidats.

"C'est un choix politique, c'est une candidate essentielle pour notre parti, elle est l'ancienne candidate à la présidentielle de 2007 et c'est aussi une dirigeante de premier plan pour la campagne à venir", a justifié M. Borgel.

"L'heure est désormais à l'union et Ségolène Royal fera tout pour que les socialistes se rassemblent, et au-delà, pour que s'unissent toutes celles et tous ceux qui se retrouvent dans les valeurs de progrès social, d'écologie et dans les préoccupations de défense de l'emploi et de développement harmonieux du territoire", a déclaré la candidate dans un communiqué après cette décision.

Royal soutenue par le député sortant

En réaction, Olivier Falorni, premier secrétaire fédéral et suppléant de Patricia Friou, n'a pas caché sa colère.

"C'est une insulte pour les militants de la fédération, a-t-il déclaré dans le quotidien Sud-Ouest. Une honte absolue, c'est le parachutage de la honte. C'est une humiliation pour nous mais aussi pour Ségolène Royal, elle fuit le vote des militants, elle a peur de perdre. Ah c'est ça la démocratie participative de Mme Royal !"

Ségolène Royal, désormais seule candidate du PS à La Rochelle, le président de son comité de soutien devrait être Maxime Bono, député-maire de La Rochelle, et son suppléant Jean-Pierre Mandroux, conseiller général du canton de La Rochelle 7 et adjoint au maire de La Rochelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.