Robert Badinter dénonce "les cris antisémites" de la manifestation "Jour de Colère"

Alors que la Manif pour tous défile dimanche 2 février, l'ancien garde des Sceaux revient sur le rassemblement anti-Hollande de la semaine passée. Il déplore l'absence de contre-manifestation d'envergure.

L\'ancien garde des Sceaux Robert Badinter lors d\'une conférence de presse à Paris, le 25 novembre 2013.
L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter lors d'une conférence de presse à Paris, le 25 novembre 2013. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Il y voit une "provocation fasciste". L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter dénonce les "cris antisémites poussés par certains manifestants" du "Jour de Colère", le rassemblement anti-Hollande organisé dimanche 26 janvier à Paris.

"C'est la première fois depuis la fin de l'Occupation que l'on entend hurler dans les rues de Paris 'dehors les Juifs', estime le socialiste dans un entretien au journal Le Parisien dimanche 2 février. Après la guerre, on n'osait plus tenir de tels propos."

Une contestation liée par la "détestation" de François Hollande

Face à cela, le socialiste aurait souhaité une "grande manifestation de protestation" organisée par les "associations de défense des droits de l'homme" et les "partis républicains". "Il faut rappeler chaque fois que nécessaire que la République française ne peut pas tolérer ces cris, pas plus qu'elle ne saurait laisser passer des slogans 'Dehors les musulmans' ou 'Dehors les Arabes'."

Robert Badinter estime que ce mouvement de contestation est le rassemblement de "plusieurs courants", "qui ont pour seul ciment la détestation de François Hollande et des réformes du gouvernement". L'ancien ministre regrette une "dégénérescence du débat politique".