Régions : après la fusion, le bilan est mitigé

Le congrès annuel des présidents de région s'ouvre jeudi 27 septembre à Marseille (Bouches-du-Rhône) et le climat risque d'être tendu entre eux et Édouard Philippe. France 3 fait le point sur la fusion des régions réalisée en 2016.

FRANCE 3

Grand Est, Occitanie, Nouvelle Aquitaine... Les grandes régions fusionnées en 2016 devaient rimer avec économies, mais c'est plus compliqué que prévu. Dans les Hauts-de-France, on compte chaque sou. L'administration par exemple a été réorganisée. Les directeurs de service sont passés de 90 à 52, et des bâtiments inoccupés ont rapporté plus de 4,6 millions d'euros après leur vente. Le parc automobile a lui aussi été revu à la baisse. "Nous avions 600 véhicules au moment de la fusion en 2015 et nous en avons vendu 115", précise Jean-Pierre Bataille, le rapporteur du budget dans la région. 

Un bilan en demi-teinte

En tout, depuis 2016, 240 millions d'euros auraient été économisés dans les Hauts-de-France selon son président, Xavier Bertrand. Dans cette région comme dans toutes les autres, les dépenses de fonctionnement ont augmenté. En Normandie, il a fallu ainsi harmoniser les salaires des professeurs vers le haut. Le bilan est en demi-teinte et même le président délégué des régions, François Bonneau, n'est pas sûr du résultat. Réunis en congrès jeudi 27 septembre à Marseille (Bouches-du-Rhône), les présidents de région ne manqueront pas de réclamer des moyens supplémentaires au gouvernement. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vue du Vieux-Port à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 22 novembre 2017.
Vue du Vieux-Port à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 22 novembre 2017. (MAXPPP)