Cet article date de plus de sept ans.

Quand les salles municipales se ferment aux opposants

Tracts, porte à porte, meetings... une élection municipale se joue sur le terrain et quand on cherche à organiser une réunion, on demande les disponibilités des salles à la mairie. Rien de plus normal, sauf quand le maire est un concurrent à la prochaine élection.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Fotolia.com)

Le problème s'est déjà posé à Marseille : le maire UMP aurait refusé de louer à son concurrent socialiste la salle Vallier,
dans le troisième arrondissement de la ville. Ce dernier comptait
y organiser son meeting phare le 9 mars prochain, deux semaines avant le
premier tour.

L'équipe de campagne de Jean Claude Gaudin répond : "Le code
général des collectivités territoriales prévoit de s'adresser au maire pour
demander la mise à disposition d'une salle à des fins politiques. Il vient de
le faire. En fonction des disponibilités, elle lui sera attribuée à lui comme
aux autres listes.
"

Mais que dit le droit sur cette question ? 

Mais plutôt que de s'engager dans des procédures judiciaires, certains candidats utilisent des subterfuges lorsque des services municipaux traînent des pieds pour donner l'accès à des salles. 

Michèle Bourhis, membre de
l'équipe de campagne de Guillaume Larrivé, le candidat UMP à Auxerre explique
les difficultés à réserver les salles communales type maisons de quartier alors
que le maire socialiste Guy Ferez se représente. 

A Cholet, Jean-Marc Vachet, qui mène la liste de gauche "un nouvel élan pour Cholet" avait déjà eu beaucoup de mal à obtenir des salles, avec des réponses de la
municipalité qui prenaient des jours, et cela s'est détérioré encore depuis la
mise à disposition d'une nouvelle salle.

A Mâcon, c'est le parc des
expositions qui pose problème. Le candidat socialiste Jacques Boucaud assure
que "le maire sortant UMP a posé des options sur plusieurs jours avant le
premier tour. On n'a rien pu faire. C'est complètement déloyal
."

D'après Philippe Bluteau, "le refus de salle va pouvoir faire l'objet d'un référé liberté en 48h devant le juge administratif. Dans le cas d'un recours, si l'élection du maire a été obtenue avec quelques voies d'avance, on peut imaginer qu'elle soit annulée à cause de cette irrégularité. "

Cholet candidats
déclarés :

Gilles Bourdouleix (Debout
la république)

Jean Marc Vachet (PS Modem +
sans étiquette)

Franck Loiseau, "Cholet
votre ville" (Fase (Fédération pour une alternative sociale et
écologique), Parti de gauche, Parti communiste français et Europe écologie Les
verts (EELV))

Robert Cerisier (Lutte
Ouvriere)

Mâcon candidats
déclarés :

Jean-Patrick Courtois (maire
sortant UMP)

Jacques Boucaud (Parti
socialiste)

Ève Comtet-Sorabella (Front
de gauche)

Corinne Mossire (Front national liste non bouclée)

Auxerre, candidats déclarés :

Guy Férez (maire sortant PS)

Guillaume Larrivé (UMP)

Julien Guibert (FN)

Alain Raymont (Front de gauche)

Marseille, candidats déclarés :

Jean-Marc Coppola (FG) 

Pape Diouf (SE) 

Jean-Claude Gaudin (maire sortant UMP)

Patrick Mennucci (PS)

Stéphane Ravier (FN)

Jacques Soubeyrand (PRG)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.